L’auteur d'une cinquantaine de tags antisémites dans le RER C présenté à un juge dans les prochains jours

L’auteur d'une cinquantaine de tags antisémites dans le RER C présenté à un juge dans les prochains jours

ANTISÉMITISME - Un homme soupçonné d'être l'auteur d'une cinquantaine de tags à caractère antisémite sur la ligne du RER C a été interpellé mercredi en gare de Versailles Rive Gauche. En garde à vue, il a reconnu les faits devant les policiers.

Une cinquantaine de croix gammées ou autres inscriptions antisémites dans les rames du RER C sont, très probablement, le fait d’un seul homme. Celui-ci, agent administratif au conseil général des Yvelines et âgé de 65 ans, a été interpellé mercredi par des agents de la sûreté ferroviaire en civil, en gare de Versailles Rive gauche, alors qu’il était en train d’écrire de nouveaux tags antisémites.

Lire aussi

Les policiers l’ont reconnu dans le train en provenance de Massy, vers 6 heures du matin, car son signalement avait été transmis à toutes les patrouilles. Un signalement issu de la vidéosurveillance. Placé en garde à vue, le suspect a aussitôt reconnu les faits : une cinquantaine d’inscriptions, réalisées sur une dizaine de jours. 

Selon nos informations, il a été libéré dans la journée mercredi. Ce jeudi, il a à nouveau été placé en garde à vue dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte des chefs de dégradations de bien d'utilité publique et de provocation à la haine raciale. 

Il sera présenté à un juge dans les prochains jours. La SNCF a porté plainte pour "dégradation" et "incitation à la haine".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Affaire Jubillar : l'avocat de Cédric Jubillar met en garde contre "une erreur judiciaire"

VIDÉO - "Ça va la claque que tu t'es prise ?" : Emmanuel Macron interpellé par un écolier

La machine à laver, le véhicule mal garé, le podomètre : ces éléments qui ont fait basculer l'affaire Jubillar

Disparition de Delphine Jubillar : ce nouvel élément révélé par l’amant de l'infirmière

"Je ne mange pas le soir" : elles vivent avec moins de 1000 euros de retraite par mois

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.