L'imam de Brest blessé par balle "remercie toutes celles et ceux qui le soutiennent"

Police

COUPS DE FEU - L'imam blessé par balle jeudi 27 juin devant une mosquée de Brest, Rachid Eljay, s'est exprimé dans une vidéo pour rassurer ses fidèles sur son état de santé et remercier ses soutiens, assurant vivre cette épreuve "de manière très apaisée". Sorti du bloc opératoire, son pronostic vital n'est pas engagé.

Rachid Eljay "va bien" et appelle au calme, dans un vidéo filmée depuis son lit d'hôpital et diffusée sur sa chaîne YouTube. Touché par trois balles devant sa mosquée jeudi 27 juin, il se remet de ses blessures. Allongé, main bandée, micro accroché sur la blouse, le très connecté imam a déclaré dès le début de l'enregistrement "remercier sincèrement et chaleureusement" toutes celles et ceux qui le soutiennent à travers les réseaux sociaux. Il mentionne les nombreux messages positifs reçus, de la part de personnes de confession musulmane ou non.

Une vidéo pour remercier secours, voisins et soutiens

Il remercie ensuite les différents services de secours "pour leur intervention rapide" et leur accompagnement jusqu'à la prise en charge hospitalière. Rachid Eljay a aussi une pensée émue pour les voisins de la mosquée, les jeunes du quartier restés auprès de lui, le "pharmacien qui a fourni les premiers secours" ou encore le "frère Osman" s'étant interposé entre lui et l'agresseur. "Que Dieu le préserve et le guérisse" a-t-il souhaité. Le second blessé de l'attaque a écopé d'une blessure à l'abdomen et à la cuisse. L'imam est lui blessé à la main, au mollet et également à la cuisse. "Mais ça va bien, je sors du bloc opératoire (...) On vit cette épreuve de manière très apaisée" a-t-il assuré.

Notre devise est qu'on ne répondra jamais à la haine par la haine- Rachid Eljay, imam de Brest

"Au fond de chacun d'entre nous se cache une part d'amour mutuel qu'on a malheureusement tendance à étouffer", estime l'imam pour résumer l'élan de solidarité à son égard. Avant de mentionner "la minorité de gens qui ont utilisé cet événement pour avoir des pensées malsaines", notamment en s'appuyant sur les articles ayant fait son portrait et par conséquent, celui de son passé controversé. Rachid Eljay avait notamment fait parler de lui en 2015 en raison de prêches radicaux, avant d'adopter un discours plus modéré. "C'est triste, mais paix sur eux", a-t-il déclaré à leur propos.

L'imam fait confiance à la justice pour l'enquête en cours

"La justice a pris le dossier sérieusement, l'enquête suit son cours, on fait confiance à la justice", a déclaré l'imam. Pour l'heure, nous savons que l'auteur présumé des faits s'était enfui à bord d'une Clio grise, rapidement retrouvée vide, puis a été découvert mort quelques heures plus tard dans les alentours de Brest. L'homme se serait suicidé, selon le parquet, qui l'a présenté comme un "déséquilibré" sans motivation terroriste. Originaire de Normandie, mais résidant dans la région de Lyon, l'auteur présumé des faits était âgé de 21 ans. Il séjournait depuis le 17 juin dans un camping près de Brest. Il n'était pas connu des services de police, ni de justice, ni comme appartenant à un groupuscule quelconque, selon Jean-Philippe Récappé, le procureur de la République.

Voir aussi

Puisque "les éléments recueillis à l'heure qu'il est ne permettent pas de considérer qu'il s'agit un attentat", comme l'a assuré M. Récappé, la section antiterroriste du parquet de Paris ne s'est pas saisie de l'affaire. La Direction interrégionale de la police judiciaire (DIPJ) de Rennes est donc chargée de l'enquête. 

Le lendemain de l'attaque, les responsables musulmans et notamment le Conseil des mosquées du Rhône se sont dit préoccupés "face à la recrudescence des actes anti-musulmans qui démontre qu'un seuil critique a été franchi". "Notre devise est qu'on ne répondra jamais à la haine par la haine. Mais on répondra à la haine par la sagesse, le calme et l'intelligence", a enfin déclaré Rachid Eljay pour conclure sa vidéo.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter