La famille Chouviat regrette que Christophe Castaner n'interdise pas le plaquage ventral

La famille Chouviat regrette que Christophe Castaner n'interdise pas le plaquage ventral

POLICE – Le ministre de l'Intérieur a annoncé la fin de certaines techniques pratiquées par les forces de l'ordre notamment la méthode de "l'étranglement" qui sera abandonnée. Il est resté évasif sur celle du plaquage ventral, qui aurait causé la mort par "asphyxie" en janvier dernier de Cédric Chouviat.

Quelques jours après la mort de son fils en janvier dernier, il avait demandé à Christophe Castaner la fin de certaines méthodes pratiquées par les forces de l'ordre au cours des interpellations. Ce lundi, Christian Chouviat, père de Cédric Chouviat, livreur et père de famille âgé de 42 ans décédé le 5 janvier dernier d'une asphyxie, deux jours après son interpellation sur le quai Branly dans le 7e arrondissement de Paris, a partiellement obtenu gain de cause. 

"Après le décès de Cédric Chouviat, lors de son interpellation, j'avais rencontré sa famille et je leur avais annoncé la création d'une mission conjointe entre police et gendarmerie pour passer en revue nos méthodes d'interpellation et leurs risques pour qu'un tel drame ne puisse plus survenir", a déclaré le ministre de l'Intérieur lors d'une conférence de presse, lundi 8 juin. "La police française, ce n'est pas la police américaine mais des questions légitimes se posaient. Après plusieurs mois de travail, la mission a pu me rendre ses conclusions et j'ai décidé de prendre des mesures car personne ne doit risquer sa vie lors d'une interpellation"

"La méthode de la prise par le cou dite de 'l'étrangement' sera abandonnée et ne sera plus enseignée dans les écoles de police et de gendarmerie. C'est une méthode qui comportait des dangers. Par ailleurs, si un policier ou un gendarme doit maintenir quelqu'un au sol lors de son interpellation, il sera désormais interdit de s'appuyer sur sa nuque ou son cou", a annoncé le patron de la place Beauvau.

Quid du plaquage ventral?

Interrogé sur la méthode du "plaquage ventral", mise en cause dans les affaires Cédric Chouviat et Adama Traoré, Christophe Castaner n'a pas vraiment répondu : "Le plaquage ventral n'est pas une technique qui existe en soi, c'est une… évocation très régulière. Mais celle qui peut causer des dommages graves selon l'étude qui est arrivée est celle qui consiste à étrangler une personne. Pour menotter une personne qui est interpellée, la meilleure façon est  de le positionner au sol avec les mains dans le dos et de mettre les menottes". 

Interdit dans certains pays, notamment aux Etats-Unis, pourquoi le plaquage ventral n'est-il pas interdit en France ?

"Le plaquage ventral qui implique l'étranglement est arrêté, mais j'ai préféré rester sur des techniques qui sont enseignées dans la police et la gendarmerie et pas sur du commentaire. Mais nous aboutissons au même résultat. Celui qui interpelle une personne pour la menotter, il faut la coucher au sol", a poursuivi le ministre, avant de prendre à témoin l'assemblée de journalistes. "Vous savez très bien la difficulté de certaines interpellations et la meilleure façon, y compris pour ne pas la blesser, c'est de neutraliser la personne au sol et de la menotter."

Cédric Chouviat, livreur de 42 ans, est décédé des suites d'une asphyxie "avec fracture du larynx", selon l'autopsie, après avoir été plaqué au sol, casque sur la tête, par plusieurs policiers lors d'un contrôle routier le 3 janvier à Paris. Le plaquage ventral fait partie, avec la clé d'étranglement (serrage de cou), des techniques d'immobilisation des forces de l'ordre dénoncées depuis des années, notamment par Amnesty International qui les juge "mortelles" et réclame depuis leur interdiction. 

Une lettre des avocats

Lundi 8 juin, dans une lettre adressée au ministre de l'Intérieur, les avocats de la famille de Cédric Chouviat, ont demandé l'interdiction de la technique du plaquage ventral par les forces de l'ordre.

En vidéo

Mort de Cédric Chouviat : les avocats de la famille du livreur demandent l'interdiction du plaquage ventral

"Nous regrettons qu'il n'ait pas été mis immédiatement un terme à la technique du plaquage ventral et vous redemandons, par la présente, d'interdire cette technique mortifère", écrivent Me Arié Alimi, Vincent Brengarth et William Bourdon. Les robes noires estiment par ailleurs que le "fait que de telles techniques ne soient pas suspendues alimentent la crise de confiance entre la police et la population".

En vidéo

Mort de Cédric Chouviat :" Mon mari a eu droit à 'étrangement et au plaquage ventral"

Invitée mardi 9 juin sur LCI, Doria Chouviat réagit aux annonces du ministre de l'Intérieur et fait part de ses regrets. 

"C'est un grand gâchis comme je le dis toujours. Ca n'aurait pas dû arriver, commente Doria Chouviat très éprouvée. Aujourd'hui, quand on regarde l'actualité, on est soulagé du fait que d'une certaine manière, ces violences ont été reconnues. Fut un temps, le gouvernement était dans le déni. Je reste optimiste pour la suite. La clé d'étranglement a été interdite. C'est une bonne  chose, c'est un soulagement. Je félicite le ministre d'avoir pris cette décision par contre je ne comprends pas pourquoi il n'en a pas fait autant pour le plaquage ventral. Ces deux techniques sont aussi dangereuses l'une que l'autre". 

Doria Chouviat déclare en plateau que son mari a eu "droit aux deux techniques : l'étranglement et le plaquage ventral". "Bannir le plaquage ventral, ça sauvera des vies", assure-t-elle. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la France impose un test aux voyageurs européens

Procédure de destitution : les étapes qui attendent Donald Trump

La baisse des livraisons de Pfizer est-elle liée à une nouvelle stratégie de vaccination ?

"Langue Covid" : un nouveau symptôme du virus ?

"Du jamais vu" : ces produits soldés comme jamais avec la crise du Covid

Lire et commenter