La police recrute plus de 3000 gardiens de la paix

La police recrute plus de 3000 gardiens de la paix
Police

EMPLOI - Dès aujourd’hui, si vous souhaitez devenir gardien de la paix, les inscriptions sont ouvertes. Plus de 3000 agents vont être recrutés et les candidatures sont accessibles jusqu’au 24 juillet sur lapolicenationalerecrute.fr ou devenirpolicier.fr.

Depuis ce matin, les candidatures sont ouvertes. Un concours puis une année de formation avant de rejoindre le terrain. Nous avons pu interviewer à Alice*, qui débutera prochainement sa carrière à la PJ de Marseille.

Alice* a passé le concours en 2019. A 23 ans, elle finit aujourd’hui ses dernières heures de formation. Une année effectuée avec brio, elle finit major de sa promotion sur 480 élèves : "Je suis très fière, ma famille aussi. Il faut beaucoup de motivation mais c’est tout à fait accessible à tous". En terminant à la première place, la jeune policière a un privilège : la création d’un poste  "sur mesure". Alice* a choisi la PJ de Marseille, et rejoindra la brigade des Stups au mois de juin. "J’ai toujours été attirée par la police judiciaire, un membre de ma famille en est membre. J’aime l’idée de l’investigation, de mener à bien une procédure de A à Z, tout en alliant le côté terrain".

Le concours est accessible aux personnes de plus de 17 ans ayant leur baccalauréat et les profils sont très divers. Il y a d’abord une épreuve écrite puis deux épreuves sportives. Vient ensuite l’oral, un entretien devant un jury où il faut développer ses motivations.

Avec une nouveauté cette année, la création d’un concours interne ouvert aux agents de catégorie C de la fonction publique, annonce la direction générale de la police nationale. A savoir aux fonctionnaires et agents de l’Etat, ceux des collectivités territoriales, des établissements publics qui en dépendent, y compris la fonction publique hospitalière ou encore aux militaires.

Une fois le concours obtenu, une année de formation avec un stage est à effectuer. "Ce stage, cette année, s'est révélé très formateur. On a été appelé en renfort des brigades pour contrôler les attestations dérogatoires pendant la crise sanitaire", explique Alice.

Pas de crise de vocation

La jeune femme sait que le métier est difficile, mais cela ne lui fait pas peur, au contraire. Terrorisme, manifestations, grèves, épidémie… les forces de l’ordre ont été fortement déployés sur le terrain ces derniers temps. "Oui, la mobilisation est très forte mais c’est pour cela qu’on fait ce métier : être utile, aider les personnes. On sort d’école, on est hyper motivé, on a donc hâte de renforcer les équipes."

Et malgré les temps compliqués traversés par la police, aucune crise de vocation en vue : l’année dernière, près de 20 000 personnes ont postulé au concours de gardien de la paix. La Direction Générale de la Police Nationale en espère au moins autant cette année.

*le prénom a été modifié

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent