La Réunion : un surfeur retrouvé mort après une attaque de requin

Police
DirectLCI
ATTAQUE MORTELLE - Le corps d'un surfeur d'une trentaine d'années a été retrouvé sans vie dans un port de la Réunion ce jeudi 9 mai. Il s'agit de la deuxième attaque de requin depuis le début de l'année, malgré les mises en garde de la préfecture de l'île.

Le corps d'un surfeur a été repêché au port de Saint-Leu, à l'ouest de l'île de La Réunion ce jeudi après-midi. Selon les pompiers, l'homme de 33 ans est mort suite à une attaque de requin. Aux alentours de 16h30, heure locale, un squale lui aurait arraché la jambe alors qu'il surfait au large. Succombant rapidement à ses blessures, il a ensuite dérivé jusqu'au port, où son décès a été déclaré. Il s'agit de la deuxième attaque de requin depuis le début de l’année à La Réunion.

La Réunion entre dans une période propice aux attaques

 Le 30 janvier dernier, un pêcheur avait également eu la jambe arrachée du côté de Sainte-Rose, et avait lui aussi succombé à ses blessures. Depuis 2011, une "crise des requins" est observée par les habitants de l'île française. Il s'agit de la 24e attaque depuis cette date - la moitié des attaques concernaient des surfeurs - et la 11e mortelle.

La préfecture de La Réunion avait lancé un appel à "la plus grande vigilance" ce jeudi matin, quelques heures avant l'attaque mortelle. La Réunion rentre en effet dans sa transition entre l'été et l'hiver austral, une période très favorable aux activités nautiques. "Or, la fréquentation des côtes réunionnaises par les requins bouledogue, potentiellement dangereux, se fait plus importante au fur et à mesure que l'on rentre dans l'hiver austral avec un refroidissement saisonnier de la température de l'eau de mer", avaient mis en garde les services de l'Etat dans un communiqué.

L'opinion publique réunionnaise est divisée entre ceux qui estiment que les requins "sont chez eux dans la mer" et ceux qui réclament des mesures pour endiguer le phénomène. "La Réunion est actuellement l'endroit le plus mortel du monde en matière d'attaques de requin", assurait alors George Burgess, directeur de l'Université de Floride.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter