Le procureur de Nice, mis en cause dans l'affaire Legay, devrait être muté

Police

AFFAIRE LEGAY - Jean-Michel Prêtre est en passe d'être muté à Lyon pour devenir avocat général auprès de la cour d'appel de Lyon. Une mutation qui peut être perçue comme une rétrogradation,après que le procureur de la République de Nice a commis plusieurs erreurs dans l'affaire Geneviève Legay.

Des erreurs qui lui coûteront finalement son poste. Jean-Michel Prêtre, le procureur de Nice mis en cause dans l'affaire Legay, a été proposé par le ministère de la Justice au poste d'avocat général auprès de la cour d'appel de Lyon, a indiqué le ministère à l'AFP, confirmant une information du journal Libération.

Cette nomination sera examinée par le Conseil supérieur de la magistrature (CSM), qui rendra un avis non contraignant, a précisé la Chancellerie. Pour le magistrat, cette proposition apparaît comme une rétrogradation puisqu’il ne sera plus à la tête d’un parquet mais désormais soumis aux ordres d’un procureur général.

Des erreurs en série

Une information qui est dévoilée après que Jean-Michel Prêtre a été mis en cause à plusieurs reprises dans la gestion de l'affaire Geneviève Legay. Cette militante altermondialiste de 73 ans avait subi de graves blessures lors d'une manifestation de Gilets jaunes à Nice, le 23 mars. 

Le procureur avait d'abord dédouané les forces de l'ordre, deux jours après l'indicent. Un mensonge qu'il a par la suite reconnu, expliquant alors avoir voulu protéger Emmanuel Macron, ce dernier ayant affirmé que les policiers n'avaient pas touché la manifestante. Autre décision qui lui est reprochée, le fait d'avoir choisi, au début de l'affaire, de confier l'enquête à la concubine du commissaire en charge de l'opération le jour de la manifestation. 

Lire aussi

Selon des informations du Monde, Jean-Michel Prêtre avait déjà été fragilisé par plusieurs antécédents. Son domicile et son bureau ont été perquisitionnés en 2018 dans le cadre d'une enquête pour "corruption" et "participation à association de malfaiteurs". En 2009, alors qu'il était en poste en Guadeloupe, Jean-Michel Prêtre aurait fait de fausses déclarations au sujet d'une perquisition survenue dans une enquête sur le meurtre d'un syndicaliste.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter