Le soir du meurtre de Maëlys, Nordahl Lelandais "recherchait une proie", témoignent deux parents

JT 20H - Après l'examen de 900 dossiers, quarante ont retenu l'attention des enquêteurs de la cellule Ariane. Dans les prochaines semaines, les juges devraient appeler les familles concernées.
Police

Toute L'info sur

Affaires Maëlys et Arthur Noyer : l’inquiétant Nordahl Lelandais

FAIT DIVERS - Dans la nuit du 26 au 27 août 2017, la petite Maëlys, neuf ans, a disparu. Enlevée puis tuée par Nordahl Lelandais, aujourd’hui en prison. Cette nuit-là, l’ancien maître-chien était d’abord allé à une autre fête, où son comportement avait "créé un malaise", selon des témoins.

C’est un témoignage glaçant que publie Le Parisien dans son édition du mardi 12 novembre. Celui d’Eric* et Elodie*, un couple habitant Pont-de-Beauvoisin, en Isère, persuadé que leur fille aurait pu être victime de Nordahl Lelandais, comme Maëlys l’a été. Car cette nuit du 26 au 27 août 2017, au cours de laquelle l’ancien maître-chien a enlevé et tué la petite Maëlys lors d’un mariage, Nordahl Lelandais s’est rendu à une autre fête : celle donnée pour l’anniversaire d’Elodie.

Ni Eric ni Elodie ne connaissent l’ancien militaire. Mais vers 17h, Eric part racheter des bouteilles d’alcool avec son beau-frère. Sur le parking à côté de la maison, les deux hommes tombent sur Lelandais, que le beau-frère connaît un peu. "Je lui ai alors proposé de venir boire un coup chez nous. Mais Lelandais a décliné l’invitation", raconte au Parisien Eric. 

"La mâchoire serrée, le regard fixe"

C’est à la salle des fêtes de la commune, au mariage où se trouve Maëlys et sa famille, que Nordahl Lelandais se rend. Mais à 22h, il se présente à l’anniversaire d’Elodie, où il a été invité quelques heures plus tôt. Là, son comportement surprend. Eric décrit un homme "très froid", qui "fumait cigarette sur cigarette, la mâchoire serrée, le regard fixe". Un homme "bizarre", qui a "créé un malaise". 

Lire aussi

"Votre fille est très jolie"

Pire, Elodie sent qu’il y a "quelque chose de pas net", lorsque Nordahl Lelandais se dirige vers elle et lui parle de leur fillette, âgée alors de 3 ans et demi. "Votre fille est très jolie, gentille et polie", lui dit-il. "Je ne comprenais pas pourquoi il me disait que ma fille était gentille et polie alors qu’à cette période-là, Emilie* était plutôt sauvage avec les gens. A partir de là, j’ai été très vigilante", raconte aujourd’hui Elodie. La mère garde alors les yeux sur sa fille, et sur cet inconnu, qui finit par quitter la soirée.

Avec le recul, les deux parents ont en effet une conviction : ce soir-là, Nordahl Lelandais "était en mode prédateur". "Il recherchait une proie. Et sa proie, ça aurait pu être notre fille", ajoutent-ils. Pour eux, l’homme âgé de 34 ans à l’époque "pensait profiter de l’inattention des parents", distraits par la fête. 

Lire aussi

Sachant ce qui est arrivé à Maëlys, dont le père et la mère sont persuadés qu’elle a été violée par Lelandais, Elodie se dit traumatisée, repensant à cette soirée dès qu’elle voit la photo du militaire. Les deux Isérois témoignent auprès du Parisien "en pensant aux parents de Maëlys". Avec un objectif : "Montrer que l’on a bien affaire à un prédateur qui, ce soir-là, était sans doute en chasse". 

*Les prénoms ont été changés

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter