"Les 12 coups de midi" : Christian Quesada avait déjà été condamné pour détention d'images pédopornographiques

Police
ANTÉCÉDENTS - L'ancien candidat de jeux télévisés Christian Quesada, grand gagnant des "12 coups de midi" sur TF1, a été mis en examen et écroué mercredi pour "corruption de mineur" ainsi que "détention et diffusion d'images pédopornographiques". Selon nos informations, il avait déjà été condamné par le passé pour des faits similaires.

A l’issue de 48 heures de garde à vue, il a été placé en détention provisoire. Depuis ce mercredi 27 mars donc, Christian Quesada, champion à 193 reprises de l’émission "Les 12 coups de midi" sur TF1, dort en prison. Âgé de 54 ans, il a été placé à l’isolement pour "éviter tout  incident" selon une source proche du dossier. 


Christian Quesada a en effet été mis en examen et écroué pour pour "corruption de mineur" ainsi que "détention et diffusion d'images pédopornographiques". Pour ces faits, il encourt 5 à 7 ans de prison, en fonction des circonstances aggravantes qui pourraient être retenues. 

Au cours de sa garde à vue, le quinquagénaire a indiqué avoir agi ainsi suite à des pulsions incontrôlables, pulsions qu’il aurait depuis de nombreuses années et qu’il n’a jamais pu refréner semble-t-il. "Il dit que c’est une source de satisfaction et de plaisir pour lui que de regarder ce genre d’images. Ce qui ne veut pas dire qu’il passe à l’acte", indique la source.

Condamné par le passé mais pas incarcéré

Car si à ce jour, le parquet n’a enregistré qu’une seule plainte à son encontre dans le cadre de cette enquête, Christian Quesada avait des antécédents en matière de pédopornographie. Des affaires remontant à bien avant qu’il ne devienne célèbre. "Ce monsieur a été condamné par le passé pour des faits de mœurs, en l’occurrence la consultation d’images pédopornographiques, mais il n’a jamais été incarcéré avant les faits qui nous préoccupent aujourd’hui", poursuit la source. 

 

Selon Le Parisien, Christian Quesada "avait déjà eu un comportement déviant envers des mineurs, en 2001, 2003 et 2009". Des dates qui ne nous ont pas été confirmées. 

On ne parle pas de deux trois clichés mais de centaines d'images et vidéos compromettantes

Face aux enquêteurs, Christian Quesada a en tout cas reconnu les faits. "Il a reconnu la consultation régulière d’images pédopornographiques. Il reconnait avoir échangé des images avec d’autres personnes. Il reconnait être allé sur Internet pour récupérer ces images. Il n’essaie pas de dire que ces images sont arrivées par hasard dans son ordinateur", poursuit la source. "Et on ne parle pas de deux trois clichés mais de centaines d'images et vidéos compromettantes de mineurs et d'enfants subissant des viols et agressions sexuelles… Les gendarmes ont retrouvé cela dans les ordinateurs et sur des clés USB." 


L’affaire a débuté en 2017 après qu’une plainte a été déposée par une adolescente de 17 ans. Celle-ci expliquait avoir dialogué sur internet avec un autre personne se faisant passer pour un mineur. "Il lui demandait de se dévêtir, de lui envoyer des photos dénudées et lui a fait des propositions ouvertement sexuelles", précise le procureur de Bourg-en-Bresse, Christophe Rode. "La difficulté a été de remonter jusqu’à l’auteur de ces messages, de l’identifier. Monsieur Quesada faisait bien sûr cela avec un pseudonyme." 

Il dit n'avoir jamais commis d'agression sexuelle

Christian Quesada a indiqué aux gendarmes qu’’il réalisait la gravité des faits qui lui sont reprochés. "Il explique avoir seulement consulté des images pédopornographiques et n'avoir jamais commis d'agression sexuelle", précise le procureur Christophe Rode. 


Une information judiciaire a été ouverte. Les investigations se poursuivent pour savoir notamment comment le champion de jeux télévisés s’est procuré ces images, déterminer les personnes avec qui il était en lien pour ces échanges, et voir si oui ou non il a été au-delà des consultations et diffusion. 


Père de deux enfants nés en 2009 et 2010, Christian Quesada s’est séparé de sa compagne peu après la naissance de leur deuxième garçon. Son divorce a été prononcé en mai 2012. 


Contactée par LCI, l'avocate qui a assisté Christian Quesada pendant sa garde à vue n'a pas répondu à nos sollicitations. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter