Les outrages et violences contre les policiers, gendarmes et pompiers explosent

Police

INÉDIT - Se basant sur des chiffres officiels de l’État, Le Figaro nous apprend ce mercredi que les outrages et violences sur les dépositaires de l’autorité publique ont atteint un niveau historiquement élevé. Près de 200 par jour en juillet dernier ! Encore plus inquiétant, les violences physiques ont même pris le pas pour de bon sur les outrages et violences verbales.

Inévitablement, les épisodes successifs du mouvement des Gilets jaunes avaient mis un coup de projecteur sur le sujet. Il est également fréquent depuis quelques années d’entendre les témoignages de pompiers de plus en plus désarmés face aux comportements de plus en plus violents des citoyens à leur encontre alors qu’ils interviennent pour sauver, aider, secourir. Et voilà que les chiffres établissent désormais avec force une réalité : les dépositaires de l’autorité et les services de secours subissent bel et bien, et dans des proportions jamais atteintes, la violence au quotidien.

Ainsi, dans son édition du mercredi 28 août, Le Figaro analyse les chiffres officiels du gouvernement sur les violences et outrages contre les dépositaires de l’autorité publique (policiers, gendarmes, pompiers…). Du début de l’année jusqu’à fin juillet, ils ont ainsi eu à subir par moins de 40.000 violences verbales ou agressions physiques. Soit +10% par rapport à 2018 en ce qui concerne les outrages à agents et +15% si on parle des violences physiques. Sur toute l’année 2017, le chiffre total avait atteint 58.000 et en 2018 il avait encore augmenté pour se hisser à 65.000 (avec notamment un pic de violences en décembre dernier à l’occasion des premières mobilisations des Gilets jaunes).

Les violences physiques ont dépassé les violences verbales

Autre donnée d’importance constatée en étudiant les chiffres établis par l’État français et disponible sur data.gouv.fr, le nombre des violences physiques a dépassé depuis 2012 environ celui des violences verbales. En somme, les agressions prennent le pas sur les outrages. Au point d’atteindre un niveau historiquement élevé ; par exemple 3519 cas violences en juillet dernier, soit plus de 110 agressions physiques par jour dénombrées contre des policiers, des gendarmes ou des pompiers ! Si vous ajoutez à cela 2648 cas de violences verbales, soit une moyenne de 85 par jour, vous obtenez près de 200 cas d’agression physique ou verbale par jour.

Lire aussi

"Non seulement les délinquants n’ont plus peur de braver les dépositaires de l’autorité, mais ils les agressent physiquement encore plus souvent qu’ils ne les insultent", déplore un commissaire de la préfecture de police de Paris cité par Le Figaro. Pour le syndicat Synergie-Officiers, deux raisons peuvent permettre d’analyser ces chiffres : "Il n’y a plus de respect pour l’autorité, et le sentiment d’impunité n’a cessé de progresser", souligne Patrice Ribeiro, secrétaire général dudit syndicat, toujours dans les colonnes du Figaro

Si la tendance est lourde depuis une vingtaine d’années - avec des conséquences gravissimes notamment du côté des forces de l’ordre où, là aussi, une hausse du nombre de suicides dans la police est constatée - une prise de conscience et d’éventuelles mesures pour soutenir les dépositaires de l’autorité publique dans leur action pourraient bien mettre également quelques années à produire leurs effets. En attendant, dès demain, trois pompiers seront victimes d’une agression en cours d’intervention.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter