Limoges : un homme soupçonné de préparer un projet terroriste interpellé

Limoges : un homme soupçonné de préparer un projet terroriste interpellé
Police

FAIT DIVERS - Un individu âgé de 36 ans soupçonné de préparer une action violente a été interpellé ce mardi matin à Limoges (Haute-Vienne). Le trentenaire, décrit comme proche de l'ultra-droite, a été transféré dans les locaux de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Il est présenté par une source proche de l’enquête comme "fasciné par les tueries de masse, telles que celles perpétrées par Anders Behring Brevik à Oslo et Utøya  en 2011 ou par Brenton Tarrant, suprémaciste blanc, en 2019 en Nouvelle-Zélande". Ce mardi matin, les forces de l'ordre ont procédé à l'interpellation d'un homme à Limoges, en Haute-Vienne.

Agé de 36 ans, cet homme est décrit par plusieurs sources comme apparenté à la mouvance ultra-droite et antisémite. "Cet individu a été interpellé dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte le 12 mai dernier par le parquet national antiterroriste pour 'association de malfaiteurs terroriste'", précise une source judiciaire à notre rédaction, sans donner davantage d'éléments à ce stade.

"Des propos de plus en plus virulents"

D'autres sources indiquent que le trentenaire préparait apparemment une action violente.  "Il est actuellement interrogé au siège de la DGSI à Levallois-Perret. L’état d’avancée de son projet n’est pas encore connu précisément", détaille une source. Selon Le Parisien, le suspect visait  "un lieu de culte juif". "Connu pour ses idées violentes, il était suivi par la DGSI et tenait des propos de plus en plus virulents ces derniers jours", précisent nos confrères. La garde à vue du suspect peut durer jusqu'à 96 heures.

La justice antiterroriste s'est saisie ces dernières années de plusieurs dossiers où apparaissent des suspects appartenant à la mouvance de l'ultra-droite. Parmi eux figure notamment l'enquête portant sur un groupe appelé OAS et démantelé en octobre 2017. Il est soupçonné d'avoir envisagé des attaques contre le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et le leader de la France Insoumise Jean-Luc Mélenchon, ou des lieux fréquentés par la communauté musulmane. 

Lire aussi

Plus récemment, une quinzaine de personnes appartenant au groupe baptisé Action des forces opérationnelles (AFO) ont été arrêtées parce qu'elles auraient cherché à commettre des violences à l'encontre de musulmans.

Les enquêteurs ont également interpellé depuis 2018 six suspects appartenant au groupuscule Les Barjols, dans le cadre d'une enquête sur un possible projet d'action violente contre le président Emmanuel Macron.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent