Lyon : nouvel incendie visant une mosquée, la piste criminelle privilégiée

Lyon : nouvel incendie visant une mosquée, la piste criminelle privilégiée
Police

DRAME - Une tentative d’incendie a eu lieu dans la nuit de mercredi à jeudi à Lyon, dans la salle de prières d’un lieu de culte musulman. C’est la deuxième mosquée à être visée dans l’agglomération en moins d’une semaine, après celle de Bron, en proche banlieue lyonnaise, vendredi dernier.

Un incendie, probablement d'origine criminelle, a légèrement endommagé dans la nuit de jeudi une salle de prières à Lyon : c'est le deuxième incident de ce type en une semaine visant un lieu de culte musulman dans l'agglomération. Le feu a noirci la porte de la salle de prières Essalam, située dans un petit ensemble de logements sociaux récemment rénovés du 2e arrondissement.

"L'incendie, semblerait-il, serait criminel, selon les premières informations que m'ont fait remonter les pompiers et les policiers", a indiqué à l'AFP le maire (LR) du 2e arrondissement, Pierre Olivier. Le sinistre s'est déclenché à 02h16, a indiqué le parquet, qui a confirmé "privilégier l'hypothèse criminelle". L'enquête, ouverte sous le chef de dégradations volontaires par incendie, a été confiée à la sûreté départementale de Lyon.

Aucune victime n’est à déplorer

L'intervention rapide des pompiers a permis qu'il n'y ait pas de victimes, s'est félicité Pierre Olivier. L'immeuble où se trouve la salle de prières comprend en effet plusieurs appartements. Selon un journaliste de l'AFP présent sur place, les dégâts sont limités à la porte et au hall d'entrée. Alors qu'une forte odeur de brûlé planait encore sur les lieux, deux fidèles déblayaient les cendres devant la porte. "C'est juste la porte qui a brûlé. Heureusement que le feu n'a pas touché les voisins d'en haut", a relevé Naaman Amaamin, 75 ans, un des bénévoles de la mosquée. Le secrétaire général de la mosquée, Abderrazak Chenini, a annoncé son intention de porter plainte.

Vendredi dernier, un local annexe de la salle de prières de Bron, en proche banlieue de Lyon, avait déjà été endommagé par un incendie probablement d'origine criminelle, selon le parquet. "Quelques jours après Bron, la communauté musulmane est en émoi devant la multiplication de ces actes de haine et d'intolérance", a dénoncé auprès de l'AFP Abdallah Zekri, président de l'Observatoire national de lutte contre l'islamophobie et délégué général du Conseil français du culte musulman. "Je ne peux que condamner avec force de tels agissements et adresse toute ma solidarité aux habitants de Lyon, encore sous le choc de ce qui s'est passé à Bron", a-t-il ajouté.

Darmanin dénonce un acte "contraire à tout ce qu’est la France"

Sur Twitter, le ministre de l'Intérieur et des Cultes, Gérald Darmanin, a condamné cette nouvelle tentative d'incendie dans l'agglomération lyonnaise, "la deuxième cette semaine". "Actes antimusulmans, antisémites, antichrétiens : ces agissements imbéciles et haineux sont contraires à tout ce qu’est la France. Je protégerai la liberté de culte", a-t-il assuré.

Le maire de Lyon, Grégory Doucet, a lui adressé ses "remerciements aux pompiers pour leur efficacité" et apporté son "soutien aux fidèles". "Une nouvelle fois, une mosquée est prise pour cible sur Lyon et sa métropole. Ces actes d’intolérances sont odieux." Le président de la métropole de Lyon, Bruno Bernard, a de son côté rappelé que "la liberté de culte est un droit fondamental". "Si ces incendies des mosquées de Bron et de Lyon 2ème sont criminels, ces actes sont inqualifiables et haineux", a-t-il indiqué, en apportant "tout (son) soutien fraternel à la communauté musulmane."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent