Un des parrains de la mafia calabraise arrêté en à la sortie de son hôtel... en Saône-et-Loire

Police

FAIT DIVERS – Une des figures de la mafia calabraise, Giuseppe Cortese, connu pour faire partie de la Ndrangheta, a été arrêté jeudi par les policiers de l’Office central de lutte contre la criminalité organisée. Il sera remis aux autorités italiennes d’ici quelques jours.

L’opération s’est faite dans la plus grande discrétion et a porté ses fruits. Jeudi matin, les enquêteurs de la Brigade nationale de recherche des fugitifs  (BNRF) ont interpellé un des ténors de la mafia calabraise à la sortie d’un hôtel de Mâcon en Saône-et-Loire où il séjournait avec un autre homme. 

"Giuseppe Cortese, 53 ans,  connu comme membre de la Ndrangheta, était arrivé dans l’hexagone quelques jours plus tôt. Il a été arrêté dans le cadre d’un mandat d’arrêt européen qui visait à interpeller simultanément en Italie, en France et en Allemagne 31 personnes appartenant à réseau spécialisé dans l’importation de cocaïne en provenance de Colombie et du Venezuela  et à destination de l’Europe", indique le commandant Bruno Le Boursicaud à LCI confirmant une information du Parisien.

Lire aussi

Un signalement et un mandat d'arrêt

"Les Italiens nous ont appelé le 12 juin au soir pour nous indiquer qu’une personne recherchée se trouvait en France dans la région de Mâcon. Ils nous ont donné le signalement ainsi que la marque et la plaque du véhicule du suspect, poursuit le commandant Le Boursicaud. Les mandats d’arrêts n’ont, eux, été délivrés que vers 3 heures du matin, dans la nuit du 12 au 13 juin pour éviter qu’il y ait une fuite".  

Avant de procéder à l’interpellation du suspect, les enquêteurs ont vérifié que ce dernier faisait bien partir du fichier des personnes recherchées. "Nous avons pris attache avec le procureur du parquet général de Paris qui gère les arrestations dans le cadre des mandats d’arrêt européens et qui nous permet d’avoir un cadre juridique pour procéder aux arrestations", détaille le policier. 

Arrestation dans le calme

Localisé par les enquêteurs de la Brigade nationale de recherche des fugitifs  (BNRF), Giuseppe Cortese est interpellé quelques heures plus tard à la sortie de son hôtel, avec l’appui d’un groupe de la Brigade de recherche et d’intervention. 

"L’opération a été menée dans le calme. Nous avons attendu que le suspect  rejoigne sa voiture, une Porsche 911, pour l’arrêter et lui signifier son mandat d’arrêt, ajoute le commandant Le Boursicaud. L’homme qui se trouvait à ses côtés a lui été laissé libre. Il fait partie de la même organisation mais il n’y avait pas de mandat d’arrêt à son encontre". 

"Le suspect a davantage l'allure d'un banquier que celle d'un caïd de Gomorra comme certains pourraient l'imaginer. Il n'était pas armé et n'avait pas de raison de l'être", présice une autre source. 

Incarcéré en France, avant l’Italie

Ce vendredi, Giuseppe Cortese devait être présenté au parquet général de Dijon compétent pour lui notifier le mandat d’arrêt européen. Il sera ensuite placé en détention en France avant d’être remis aux autorités italiennes dans un délai maximum de 40 jours. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter