Maire agressé en Isère pour une affaire de pétards : "La violence a été très rapide, presque instantanée"

Maire agressé en Isère pour une affaire de pétards : "La violence a été très rapide, presque instantanée"
Police

FAIT DIVERS - Lundi soir, l'édile de Miribel-les-Echelles, Williams Dufour, a été agressé par plusieurs jeunes personnes qui se trouvaient devant la mairie. Légèrement blessé, l'élu a été admis à l'hôpital avant d'en ressortir pendant la nuit.

Avec deux de ses adjoints, l'édile Miribel-sur-Isère est sorti de la mairie vers 21 heures, sur la petite place de la Fontaine, pour demander à des jeunes d'arrêter de lancer des pétards. Mais ses interlocuteurs n'ont visiblement pas apprécié les remontrances, et le ton est très vite monté avant que la situation ne dégénère. 

Peu après, WIlliams Dufour, maire de cette petite commune de l'Isère de 1720 habitants, a été agressé. "Une altercation verbale a éclaté. Williams Dufour a annoncé sa qualité de maire mais les individus n’ont pas pour autant accepté son intervention et l’altercation n’a pas cessé. Menacé par un feu d’artifice, le maire a voulu maîtriser un jeune qui le menaçait et a été brûlé par le feu d’artifice pendant qu’un autre membre du groupe le frappait à la tête, détaille le procureur de la République de Grenoble Eric Vaillant. S’agissant des conseillers municipaux, l’un a reçu un coup de casque à la main et l’autre présentait uniquement une brûlure à la chemise due à un feu d’artifice."

Selon une source proche du dossier, "les agresseurs présumés, au nombre de six et qui ne sont pas de la commune sont repartis ensuite sur trois scooters"

En vidéo

Maire agressé en Isère : le témoignage de son adjointe

7 jours d'ITT

Le maire âgé de 51 ans a été lui été conduit à l’hôpital par les pompiers. Ressorti dans la nuit, il a déclaré au Dauphiné Libéré avoir "7 jours d’ITT pour une luxation d’un doigt, une brûlure à la main et des points de suture à l’arcade sourcilière". A nos confrères, Williams Dufour assure que les personnes qui l'ont frappé "avaient de la haine".

Nous avons entendu du bruit avec un des conseillers présents. Des jeunes tiraient des feux d’artifice ou des pétards contre le mur de l’église", a précisé Marie-José Seguin, première adjointe du village, à LCI. " Le maire est arrivé pour essayer de calmer le jeu, pour leur dire qu’il ne fallait pas faire des choses comme ça contre le mur de l’église, même ailleurs dans le village. Je crois qu’il n’a pas eu le temps de s’expliquer, la violence a été très rapide, presque instantanée."

"Le maire a failli recevoir un des pétards, il l’a intercepté avec sa main donc il a été brûlé. Il a eu des doigts luxés et a reçu un coup de poing sur l’arcade qui a nécessité des points de suture. (…) Il y a pu avoir quelques bagarres au cours de fêtes mais rien de bien grave. Des agressions comme celle-là envers des élus, envers le maire, non jamais" a-t-elle ajouté.

En vidéo

Incivilités, menaces et agressions : le quotidien des maires

Plusieurs plaintes ont été déposées par les victimes. La brigade des recherches de Meylan et les gendarmes de la brigade de St Laurent du Pont sont chargés de l’enquête par le parquet de Grenoble. 

Les auteurs, eux, n'avaient pas été retrouvés ce mardi matin.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent