Universitaire guinéen tué à Rouen : la justice retient le caractère raciste

Police

INFO LCI - Selon nos informations, un homme de 29 ans suspecté d’être l’auteur de l’agression mortelle sur Mamoudou Barry, chercheur en droit à Rouen, a été interpellé par la sûreté départementale. La justice a retenu ce lundi soir le caractère raciste de cette agression mortelle.

L'enquête avance. Selon nos informations, un homme suspecté d’être l’auteur de l’agression mortelle de Mamoudou Barry a été interpellé ce lundi à 9h30 du matin par la sûreté départementale. Né en 1990, il est connu des services de police pour des affaires de stupéfiants, ainsi que pour des antécédents psychiatriques. L'homme est d'origine turque.

Censée durer 48 heures, sa garde à vue a été levée dans la journée de lundi, nous indique le parquet de Rouen : les médecins qui l'ont examiné ont en effet considéré que son état psychologique n'était pas compatible avec une garde à vue. On attend encore par ailleurs les résultats de ses tests toxicologiques. 

Mamoudou Barry, un chercheur en droit à Rouen d'origine guinéenne, a perdu la vie devant sa femme samedi 20 juillet à la suite d'une altercation survenue la veille dans la commune de Canteleu, dans l'agglomération rouennaise. Un décès qui a provoqué une vive émotion et de nombreuses réactions dans la classe politique. 

Une marche blanche est prévue ce vendredi à 15h devant l'université de Rouen en hommage au jeune homme.

Voir aussi

Dans le cadre de l'enquête, le suspect avait rapidement été reconnu par les policiers de la sûreté départementale sur les images de vidéosurveillance de la ville.

Selon nos informations, l'homme était placé sous curatelle forcée au moment des faits. D'après les premiers éléments de l'enquête, il était manifestement en pleine crise de démence et insultait tous les gens autour de lui. La piste d'un "assassinat" n'était donc pas privilégiée, à date, par les enquêteurs. Car le geste ne semble pas prémédité.

Voir aussi

Le caractère raciste retenu

Du côté de l'avocat de la famille de Mamoudou Barry, le caractère raciste ne fait aucun doute : "La famille demande de la dignité et donne rendez-vous à ceux qui veulent témoigner de leur soutien sans slogan, sans cri, sans haine", indiquait Me Jonas Haddad à LCI dans l'après-midi. Avant d'ajouter : "Il est important de respecter la famille mais aussi d'avoir la lucidité qu'il s'agit d'un crime raciste, la famille insiste là-dessus".

Une information judiciaire a été ouverte lundi soir auprès d'un juge d'instruction "du chef de violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner avec la circonstance que les faits ont été commis à raison de l'appartenance ou de la non-appartenance, vraie ou supposée de la victime à une ethnie ou une nation, une prétendue race ou religion déterminée."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter