Manifestations à Paris : le procès du capitaine de police interpellé samedi après avoir insulté des collègues renvoyé à sa demande

Police

Toute L'info sur

La colère des Gilets jaunes

JUSTICE - Plusieurs incidents ont éclaté avec les forces de l'ordre ce samedi après-midi. Au total, 158 personnes ont été placées en garde à vue. Parmi eux : un capitaine de police âgé de 54 ans. Ce dernier, qui devait être jugé ce lundi en comparution immédiate pour "outrages" et "rébellion", a demandé un renvoi pour préparer sa défense.

Un "acte 45" sous tension. Au total, 158 personnes ont été placées en garde à vue samedi en marge de la journée de manifestations à Paris, marquée notamment par des heurts lors de la Marche pour le climat. Parmi ces gardés à vue, un profil pour le moins hors du commun : un capitaine de police âgé de 54 ans selon une information du Point, confirmée à LCI. 

Placé en garde à vue, le quinquagénaire a été déféré dimanche soir. "Il sera jugé en comparution immédiate aujourd'hui des chefs d'outrage et rébellion", indiquait ce lundi midi une source judiciaire à LCI. Le capitaine comparaîtra dans la même salle que d'autres manifestants interpellés samedi au cours des différents rassemblements, dont celui des Gilets jaunes. 

En fin d'après-midi, on apprenait que le fonctionnaire avait demandé le renvoi de son procès pour "préparer sa défense", comme la loi l'en autorise.  

Voir aussi

Plusieurs insultes auraient été proférées

Selon plusieurs sources, le capitaine a été arrêté samedi en fin de matinée sur les Champs-Elysées. C'est là qu'il aurait interpellé et insulté des collègues qui circulaient à bord de véhicules. "Vous êtes que des connards, des pédales, de mon temps la police ce n'était pas ça", aurait dit le quinquagénaire qui n'était pas en service au moment des faits, selon les informations du Parisien

Interpellé après cet événement, le capitaine aurait brandi sa carte de police avant de continuer toujours selon nos confrères à insulter les policiers avant de leur faire  des doigts d'honneur. Conduit au commissariat du 14e arrondissement, ce capitaine au  Service des technologies et des systèmes d'information de la sécurité intérieure (STSISI), service du ministère de l'Intérieur, se serait alors présenté au cours de sa garde à vue comme "Gilet Jaune". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter