Marseille : la mère du petit Osnachi dit "ne pas connaître" le ravisseur de son enfant

Police
DirectLCI
RÉACTION - Quatre jours après l'enlèvement d'un petit garçon de deux ans à Marseille, sa mère était interviewée, jeudi 9 mai sur les ondes d'Europe 1. Après avoir remercié le travail de la police, elle a confié ne pas connaitre le ravisseur, contrairement à ses dires.

L'histoire s'est bien terminée, mais elle aurait pu connaitre une fin tragique. Dimanche 5 mai, un petit garçon de deux ans avait été enlevé par un mystérieux ravisseur, lequel serait arrêté quelques heures plus tard dans un hôtel à Valence. Dans un premier temps, l'homme n'avait pas été en mesure d'expliquer son geste, mais avait assuré plus tard qu'il était le père de l'enfant. Invitée ce jeudi matin sur Europe 1, la mère du petit Osnachi a réagi, en réfutant ses dires. "Je ne le connais pas, il ne me connaît pas. Je ne sais pas pourquoi il a pris mon enfant", a-t-elle dit. L'homme a été depuis mis en examen et placé en détention provisoire.


La mère du petit a tenu également à remercier l'engagement des forces de l'ordre qui lui ont permis de le retrouver sain et sauf. "Je remercie aussi le travail de la police et toutes les personnes qui m'ont permis de retrouver mon enfant". Confiant également avoir prié à une issue positive : "Je suis tellement reconnaissante envers Dieu et les gens de ce pays qui m'ont aidée à retrouver mon enfant."

Bientôt expulsée ?

La famille, d'origine nigériane, vit dans un squat de la cité phocéenne. Une situation de précarité qu'elle espère voir s'améliorer dans les jours à venir. "Nous serions tellement heureux de rester ici car on m'a beaucoup aidé. Je veux vivre en France, avoir des papiers, un travail. Nous serions vraiment heureux", a avancé la jeune femme.


Alors que le squat où ils vivent depuis trois semaines est sous le coup d'une mesure d'exception, la famille d'Osnachi - accompagnée d'une centaine de migrants - va se rassembler devant la mairie pour espérer un geste des autorités.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter