Meurtre de Laura, 16 ans, à Sallaumines :"Si quelqu'un sait quelque chose, qu'il le dise à la police", implore sa tante

Meurtre de Laura, 16 ans, à Sallaumines :"Si quelqu'un sait quelque chose, qu'il le dise à la police", implore sa tante

FAIT DIVERS - Jeudi 30 janvier, Laura, 16 ans, a été tuée à l'arme blanche à Sallaumines (Pas-de-Calais) alors qu'elle rentrait chez elle. Une semaine après ce meurtre, le ou les auteurs sont toujours recherchés. La famille veut comprendre pourquoi Laura est morte tandis que les Internautes s'indignent sur les réseaux sociaux via le hashtag #JesuisLaura.

Elle devait fêter ses 17 ans le 30 avril prochain, comme sa jumelle. Cette année, Caroline soufflera seule ses bougies. Jeudi 30 janvier 2020, sa sœur Laura a été retrouvée vers 17h30  par un cycliste impasse Bauduin, à Sallaumines (Pas-de-Calais), près du parc et à 5 minutes de chez elle. Malgré l'intervention des secours, la jeune victime, en arrêt cardio-respiratoire, n’a pas pu être réanimée.

Ce jour-là, la jeune fille scolarisée en CAP commerce au lycée professionnel La Peupleraie venait de quitter son établissement et devait regagner son domicile. "Laura mettait environ 30 minutes à pied pour rentrer. Elle ne traînait jamais. Une de ses quatre sœurs a vu qu’elle avait du retard, pas beaucoup mais un peu. Ça n’était pas son genre. On a commencé à s’inquiéter. D’autant que sur Facebook, des habitants de Sallaumines rapportaient des événements horribles : une jeune fille de 19 ans retrouvée poignardée. Personne n’a pensé à Laura, elle n’avait pas encore 17 ans… C’était une erreur. La police nous a confirmé que la petite victime,  c’était elle", indique Patricia Heripret, tante de la victime ce mercredi à LCI. 

L’autopsie pratiquée le 31 janvier a révélé que l’élève avait été poignardée à plusieurs reprises à l’arme blanche, au niveau du thorax et du cou notamment et qu’elle n’avait pas subi de violences sexuelles. Mais près d’une semaine après le drame, le ou les auteurs de ce crime n’ont toujours pas été encore retrouvés. "Nous voulons savoir pourquoi quelqu’un a pris la vie de Laura. Elle était discrète, souriante, adorable. Elle n’avait pas d’objets de valeurs qu’on aurait pu lui envier. Elle ne sortait pas. SI quelqu’un a vu ou entendu quelque chose, si quelqu’un sait quelque chose qu’il le dise à la police. Pour elle partie trop tôt et pour que nous, proches, nous puissions essayer de faire le deuil, nous devons comprendre", supplie Patricia Heripret, très éprouvée par le drame.

Lire aussi

Obsèques jeudi et rassemblement samedi

Jeudi 6 février, une semaine jour pour jour après le meurtre, les proches de Laura mais aussi les anonymes qui souhaitent lui rendre hommage se retrouveront à l’église Saint-Vaast de Sallaumines, avant de rejoindre le cimetière, où Laura sera inhumée. 

Deux jours plus tard, samedi 8 février, un rassemblement aura lieu pour l’adolescente au stade Vaillant Couturier de Sallaumines. "Pour l’occasion veuillez-vous munir de ballons jaune ou blanc pour effectuer un lâcher de ballon en son honneur", indique la famille sur Facebook. "Le jaune était la couleur préférée de Laura", nous précise sa tante.

Par ailleurs, la cagnotte, mise en ligne par Patricia Heripret pour aider la maman de Laura qui a quatre autres filles dont la plus jeune à 3 ans, restera ouverte jusque vendredi. De nombreuses personnes ont déjà participé. Le papa de Laura, lui, est décédé en 2008. 

#JesuisLaura

Ce meurtre, c’est certain, a ébranlé toute la commune du Pas-de-Calais. Dans les commerces de la ville, des troncs ont été installés pour que les personnes puissent faire des dons à la famille. Depuis mardi, de nombreuses personnes se succèdent dans le salon funéraire pour dire "au revoir à Laura". 

Mais depuis plus de 24 heures maintenant, le drame prend une ampleur nationale. Sur Twitter en effet, les internautes indignés ont créé le hashtag #JesuisLaura, s’étonnant pour beaucoup que les médias et les politiques accordent toute cette importance à l’affaire Mila et n’évoquent pas ou presque ce meurtre encore non résolu.

Lire aussi

"Il y a beaucoup de rumeurs sur les réseaux. Certains ont dit avoir vu une, ou plusieurs personnes fuir le jour des faits, d’autres écrivent que Laura a été égorgée…  Les enquêteurs nous ont dit de nous méfier de tout ça, de ne pas lire ces messages, de ne pas les croire. Ils nous ont assuré qu’ils nous tiendraient informés des éventuelles avancées, commente Patricia Heripret. Maintenant, si ce #JesuisLaura peut faire en sorte que le meurtre de ma nièce soit davantage médiatisé, et que nous ayons enfin la vérité, c’est une bonne chose. Il est certain que l’on peut s’étonner que certaines affaires prennent tant d’ampleur et pas d’autres". 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Jackpot record de l'Euromillions : ces gagnants pour qui la chance a (très mal) tourné

11% des Français déjà infectés par le Covid-19 : quelles sont les régions les plus touchées ?

"Jean Moulin était un scientifique" : les perles du test de culture G des candidates à Miss France

EN DIRECT - Les remontées mécaniques des stations ouvertes aux ski-clubs et aux professionnels

"L'heure est venue de m'exprimer" : DSK va livrer sa vérité dans un documentaire

Lire et commenter