Un chauffeur de camion tué par un gendarme après un refus d'obtempérer

Le conducteur du poids-lourds s'était engagé sur l'autoroute A20, près de l’échangeur de Bressols.
Police

TARN-ET-GARONNE - Un gendarme a dû faire feu lors d'un contrôle routier ce vendredi après-midi à Montauban. Le conducteur du poids lourd, après avoir été testé positif aux stupéfiants, a tenté de prendre la fuite.

Ce vendredi après-midi, les gendarmes ont procédé au contrôle routier d’un poids lourd sur l’échangeur A20-A62. Le conducteur s’est arrêté et s’est, dans un premier temps, prêté au contrôle. Mais il aurait été détecté positif à la cocaïne. C’est alors qu’il aurait décidé de repartir vers l’autoroute A20 sans y avoir été autorisé. 

Les gendarmes l’ont alors pris en chasse et ont fait usage de plusieurs herses pour tenter d'arrêter l'individu, selon une source proche du dossier. 

L'IGGN saisie

Déterminé, le chauffeur a continué de rouler, percutant dans sa fuite un véhicule de la gendarmerie. Une autre voiture de la gendarmerie est alors revenue à sa hauteur et l’un des militaires a fait usage de son arme. Le camion a fini par s’arrêter, le conducteur, ayant été atteint par un tir. Le véhicule prend feu  

Malgré les premiers secours apportés par les militaires, l'homme d'environ 35 ans est décédé des suites de ses blessures. Connu des services de police, le conducteur avait été condamné plusieurs fois, dont trois pour des conduites sans assurance, a précisé le procureur de Montauban Laurent Czernik, qui a ouvert une enquête pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner".

L'inspection générale de la gendarmerie est saisie. Ce drame intervient dans un contexte particulier : cet étét, deux représentants des forces de l'ordre, une gendarme à Agen et un policier au Mans ont perdu la vie lors de contrôles routiers. A l'occasion de sa visite dans la Sarthe, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin avait souligné qu'en France, "toutes les demi-heures, un policier ou un gendarme doit faire face à un refus d’obtempérer. Cela veut dire que toutes les demi-heures, ils risquent de rencontrer la mort."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent