Montpellier : arrêté d'urgence et hospitalisé d'office, un adolescent rêvait d'une tuerie de masse dans un lycée

Police

MENACE - Selon les informations de "Midi Libre", un adolescent a été arrêté et hospitalisé d'urgence jeudi 14 février à Montpellier après avoir publié des messages inquiétants sur un forum, évoquant l'idée d'une tuerie de masse dans son lycée. Un internaute allemand avait donné l'alerte la veille aux autorités allemandes.

La ville de Montpellier a-t-elle échappé à une tuerie de masse dans un lycée ? Selon les informations de Midi Libre, cela en a tout l'air. Jeudi 14 février, à 6h du matin, un adolescent a été arrêté, placé en garde à vue après le signalement d'un internaute allemand le 13 février, qui avait lu des propos inquiétants "tenus sous pseudonyme" sur un forum consacré au "suicide by cops", autrement dit "suicide par flic", une méthode consistant à mener une action violente avant d'être abattu par la police.

Transmise en fin de journée le mercredi, l'information a immédiatement été prise au sérieux et a été menée par la police judiciaire et la DGSI, qui ont très vite trouvé l'adresse du jeune homme, dans l'agglomération de Montpellier, dans l'Hérault. Au cours de l'enquête menée dans la nuit, une information inquiétante parvient aux policiers, à savoir que l'adolescent était susceptible de se munir de l'arme d'un de ses parents, membre des forces de l'ordre.

Lire aussi

L'adolescent hospitalisé d'office

Lors de l'interpellation de l'adolescent, le jeudi matin, le domicile a été inspecté, sans qu'aucun élément matériel ne soit découvert. Quant à l'arme de service mentionnée plus haut, elle était, comme l'indiquent les conditions réglementaires, conservée dans un coffre et non chargée. Après un examen psychiatrique, le jeune garçon a été placé d'office dans un hôpital psychiatrique. 

"Il avait effectivement l'idée d'une tuerie de masse ou d'une prise d'otage avant de se faire tuer, même si le projet reste nébuleux. Il est très dépressif et ne semble pas attacher une réelle importance à la vie. Compte tenu de sa proximité avec l'arme, on ne peut pas exclure qu'il ait pu passer facilement à l'acte s'il avait été déterminé à s'en emparer", a indiqué une source proche du dossier au Midi Libre.

Une enquête toujours en cours

Si le risque existait bien selon l'expertise médicale, le procureur de Montpellier a indiqué au journal régional ne pas avoir d'élément "qui démontre qu'il allait vraiment passer à l'acte" : "On peut imaginer tout ce qu'on veut, mais on n'a pour l'instant de preuve de rien. Nous sommes face à quelqu'un qui fait l'objet d'une hospitalisation d'office." 

Malgré ce faible faisceau de preuves à l'encontre du jeune homme, l'enquête va se poursuivre dans le but d'étudier son profil, ses relations et son activité sur Internet.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter