Mort de Steve à Nantes : le rapport de l'IGA ne conclurait pas à une faute de la Ville et du préfet

Police

ENQUÊTE - Les résultats de l’enquête de l’Inspection générale de l’administration (IGA) au sujet de la mort de Steve dans la nuit du 21 juin au 22 juin 2019, ne conclurait pas à une faute de la Ville de Nantes et du préfet, selon les informations de la presse locale. Les conclusions du rapport de l’IGA sont attendues au plus tard le 15 septembre.

Elles devaient être rendues le 4 septembre mais avaient été retardées. "Le chef de service a demandé au ministre de l’Intérieur un délai complémentaire pour rendre ses conclusions, avait déclaré Laurent Nuñez, secrétaire d’État à l’Intérieur, lundi 2 septembre, jour de la rentrée scolaire. Ce délai complémentaire lui a naturellement été accordé, c’est une affaire complexe, et au plus tard au 15 septembre nous aurons ce rapport". La semaine précédente, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner avait assuré qu’il rendrait "publiques" ces conclusions  et qu’il en "tirerai(t) toutes les conséquences".

Ainsi, d'ici à lundi maximum, elles devraient être connues de tous. A quelques heures ou quelques jours de leur diffusion, Ouest France a d'ores et déjà relayé quelques informations au sujet de ces conclusions. Ainsi, selon  le quotidien régional, "les résultats de l’enquête de l’Inspection générale de l’administration (IGA) au sujet de la mort de Steve MaIa Caniço le soir de la fête de la musique ne conclut pas à une faute de la Ville de Nantes et du préfet" 

Lire aussi

Sanctionné(s) ou pas?

"Le préfet des Pays de la Loire Claude d’Harcourt ne devrait pas être sanctionné personnellement", indique le quotidien."Il ne sautera pas, c’est clair", leur a affirmé jeudi après-midi une source au ministère de l’Intérieur. 

Le commissaire Chassaing, qui dirigerait les opérations le soir du 22 juin 2019, "aurait pris des décisions à l’encontre de sa hiérarchie". Il est "le seul qui devrait partir », indique cette source à nos confrères. Interrogé jeudi après-midi à ce sujet alors qu'il donnait une conférence de presse en amont de la manifestation des Gilets jaunes samedi à Nantes, Benoît Desferet, le nouveau directeur départemental de la sécurité publique de Loire-Atlantique "a botté en touche". 

Enquête dépaysée

Interrogée par le quotidien jeudi, une autre source place Beauvau indique que le rapport "ne conclut pas une mise en cause de la Ville de Nantes. Mais à une insuffisante anticipation, tant de la Ville de Nantes que de la préfecture. Mais sans caractériser de faute". C'est l’autorisation donnée aux organisateurs d’installer des sound-system, quai Wilson et dépourvu de barrières de sécurité empêchant de tomber à l'eau qui serait dans le viseur. Le danger n'aurait pas été pris en compte au regard de l'endroit et de l'événement.

Un peu plus de deux mois après que la mort de Steve, l'enquête a été dépaysée le 4 septembre dernier à Rennes, à la demande des deux juges d'instruction nantais en charge de l'enquête pour "homicide involontaire".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter