Nantes : ce que l’on sait de l'intervention controversée de la police lors de la Fête de la musique et de la disparition de Steve

Nantes : ce que l’on sait de l'intervention controversée de la police lors de la Fête de la musique et de la disparition de Steve
Police

ENQUÊTE – Une free party organisée vendredi dernier à Nantes a dégénéré après que les forces de l’ordre sont intervenues pour demander d’éteindre la musique. Plusieurs personnes, qui tentaient d’esquiver les gaz lacrymogènes sont tombées dans la Loire. L’une d’elle, Steve Maia Canico, 24 ans, reste introuvable. Plusieurs enquêtes ont été ouvertes.

Plusieurs centaines de personnes s’étaient rassemblées vendredi soir quai du président Wilson à Nantes (Loire-Atlantique) à l’occasion d'une free party organisée durant la Fête de la Musique. Aux environs de 4 heures du matin, la police est intervenue pour demander aux organisateurs de couper le son. Mais la musique a été remise par un des DJ présents. C’est à ce moment que la situation a dégénéré.

LCI revient sur les éléments connus de cet événement, à partir du moment où les forces de l’ordre sont arrivées. 

Lire aussi

Aux environs de 4 heures, ça s’envenime

La free party avait été programmée le 21 juin pour la Fête de la musique. Pour l'occasion, treize scènes avaient été installées au bord de Loire, au bout de l'île de Nantes, avec l'autorisation tacite de jouer jusqu'à 4 heures du matin, selon l'association "Free Form" qui intervient au niveau national auprès d'organisateurs de rassemblements festifs.

 Alors que plusieurs centaines de personnes se trouvent encore sur place, les forces de l’ordre interviennent pour demander aux DJs d’éteindre la musique. L’un d’entre eux aurait continué à jouer. "Il a remis un dernier morceau. Tout le monde chantait. C’était cool. Certains ont insulté la police car ils ne voulaient pas que la musique s’arrête", raconte un témoin à LCI. 

Certains évoquent des jets de projectiles à l’encontre des forces de l’ordre, qui auraient riposté. 

Gaz lacrymogènes et tonfas

En quelques minutes, tout dégénère. Des images montrent des jets de gaz lacrymogènes ou des policiers faisant usage de leurs tonfas. L'association Freeform évoque même dans un communiqué des tirs de LBD.

Sur des vidéos, on entend des personnes crier : "Tout le monde déteste la police". Des fêtards quittent les lieux en voiture, d’autres à pieds. C’est là que plusieurs d’entre eux sont tombés accidentellement à l’eau. Quatorze ont été repêchés par les secours. 

Un homme toujours porté disparu

Un jeune homme, présent à la fête vendredi soir, n’a pas donné de nouvelles à ses proches depuis l’événement. Steve Maia Canico, un jeune éducateur âgé de 24 ans, est porté disparu depuis le samedi 22 juin 4 heures du matin environ, heure à laquelle les forces de l’ordre sont intervenues. 

"Il s'est rendu à la Fête de la musique avec un ami, qui était encore avec lui 15 minutes avant qu'il ne disparaisse, il était environ 4 heures du matin", explique Morgane, une amie de Steve, à France 3 Pays de la Loire. Son ami est parti dire au revoir à des copains à lui, quand il est revenu, Steve n'était plus là". C'était après "la charge des CRS", précise Morgane.

La mère de Jérémy a fait une déclaration de disparition inquiétante vers 20 heures". Sa disparition était également relayée sur les réseaux sociaux. 

Un avis de recherche

Lundi, la police a d'ailleurs lancé un avis de recherche dans le cadre de l’enquête ouverte pour disparition inquiétante de personne majeure. Steve Maia Canico est de type européen. Il mesure 1,72 mètre, est de corpulence mince, a les cheveux châtains crépus courts et les yeux verts. Au moment de sa disparition il portait un pantalon, un pull avec le drapeau américain similaire à celui porté sur l'avis de recherche, et des bottillons marron clair à lacets. Comme signe particulier, Steve à une petite cicatrice sur le front et une grosse cicatrice en forme de U derrière le bras droit. 

Toute personnes pouvant apporter des informations à la police peut contacter le commissariat de Nantes au 02 53 46 72 57 ou au 02 53 46 73 91. 

Voir aussi

IGPN Saisie

L’Inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie de ces faits. "À la demande du ministre de l’intérieur, l’IGPN a été saisie sur les opérations de maintien de l’ordre à Nantes à l’occasion de la Fête de la musique", a déclaré le ministère de l’Intérieur lundi. 

"Aucune charge" selon la police de Nantes

Le directeur adjoint de la police à  Nantes a assuré mercredi qu'"aucune charge" n'a été menée pour "repousser les jeunes vers la Loire". "A aucun moment il n'y a eu de charge de policiers avec pour objectif de repousser les jeunes en direction de la Loire", a déclaré Thierry Palermo, directeur départemental adjoint de la sécurité publique (DDSP) de Loire-Atlantique, lors d'une conférence de presse, martelant qu''"aucune charge n'a été organisée" car c'était "matériellement impossible". Et d'ajouter que "l'enquête dira pour quelle raison certains jeunes ont sauté à l'eau".

Le syndicat de police SGP-FO "consterné"

Dans un communiqué ce lundi, le syndicat de police SFP-FO se dit "consterné par l'incident qui s'est déroulé dans le cadre de ce qui était à la base et aurait dû rester une fête...".  Le syndicat Unité-SGP-Police pointe la responsabilité d’un chef de service. "Il y avait déjà une compagnie de CRS sur Nantes ce soir-là, mais il décide d'intervenir avec seulement une quinzaine de policiers sans attendre les renforts". "C'était la confrontation assurée ! C'est une faute grave de discernement, un ordre aberrant, mettant d'abord nos collègues en danger, et les usagers. Il n'a a priori tenu compte d'aucun élément de contexte", fustige le syndicat policier. 

Une manifestation pour Steve

Une manifestation va être organisée "en l'honneur de Steve" annonce les soutiens sur les réseaux sociaux. L'heure et le lieu n'était pas encore connu ce mardi soir. 

Depuis la disparition signalée de l'éducateur, plusieurs des fêtards présents vendredi tentent de le retrouver. Les pompiers de Loire-Atlantique, aidés par un hélicoptère de la gendarmerie, sont également à sa recherche. 

Des plaintes contre la police à venir

Sur Facebook, l'association Freeform a lancé un appel a à témoins pour retrouver des personnes présentes à la soirée et qui auraient été victimes des agissements des forces de l'ordre. Plusieurs plaintes devaient être déposées dans la semaine notamment pour "mise en danger de la vie d'autrui par personnes dépositaires de l'autorité publique" et "violences volontaires par personne de l'autorité publique". 

Jeudi 27 juin, selon nos informations, près d'une centaine de personnes présentes à la Fête de la musique quai du président Wilson, avaient fait part de leur intention de déposer plainte. 

Une information judiciaire ouverte

Dans un communiqué, le procureur général près la cour d’appel de Rennes Jean-François Thony indique qu'"à la suite de la disparition de Steve Maia Canico, signalée le 23 juin 2019, des investigations ont été menées, sous la direction du parquet de Nantes, pour rechercher les causes de cette disparition".

Il ajoute : "Dans la continuité de cette enquête, le procureur de la République de Nantes a décidé d’ouvrir, ce jour, une

information judiciaire en recherche des causes de cette disparition. Les investigations se poursuivent désormais sous l’autorité d’un magistrat instructeur. Le procureur général de la cour d’appel de Rennes demeure, tout comme le procureur de la République de Nantes, très attentif à ce que toute la lumière soit faite sur les circonstances exactes dans lesquelles cette

disparition est intervenue".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter