Confinement : contrôlé en train de bronzer, il s'énerve et bouscule un policier au sol

Confinement : contrôlé en train de bronzer, il s'énerve et bouscule un policier au sol

FAIT DIVERS – Mardi, à Strasbourg (Bas-Rhin), un homme qui profitait du beau temps sur un banc public a été contrôlé par des policiers pour non-respect de la mesure de confinement. Contrarié, l'individu aurait eu à l'égard des agents de la force publique des gestes violents, avant d'être interpellé pour ces faits.

L'arrivée du soleil et la durée du beau temps ne facilitent pas le travail des forces de l'ordre. Ainsi, mardi à Strasbourg (Bas-Rhin), les fonctionnaires de police ont procédé au contrôle d'un individu qui "prenait le soleil tranquillement sur un banc public", selon la police locale. 

L'individu n'était ni dehors dans le cadre d'une activité physique, ni dans le cadre d'un déplacement pour un achat de première nécessité ni pour toute autre raison valable et rédigée dans l'attestation nécessaire à toute sortie suite à la mesure de confinement appliquée depuis le 17 mars dernier.  

Selon les policiers, l'individu contrôlé se serait alors énervé, aurait arraché sa carte d'identité des mains du policier qui procédait au contrôle avant de le bousculer. Le fonctionnaire aurait alors chuté au sol, se démettant le genou dans le même temps. 

Immédiatement interpellé

Après ce geste, l'individu a été immédiatement interpellé par la patrouille de police avant d'être placé en garde à vue. Le policier, lui, a été transporté au Centre Hospitalier Régional Universitaire de Strasbourg pour effectuer un examen radiologique. Contacté ce mercredi par LCI, le parquet de Strasbourg n'a pour l'instant pas donné d'éléments sur l'issue de la garde à vue de l'homme interpellé. 

Toute personne qui ne respecte pas le confinement est passible d'une amende de 135 euros. En état de récidive, celle-ci passe à 200 euros. Mardi, Christophe Castaner a indiqué que "11,8 millions de contrôles assortis de 704.000 verbalisations ont été réalisés" depuis le 17 mars.

Lire aussi

Au-delà de quatre infractions, ce non-respect devient un délit qualifié en l'espèce de "violation habituelle de la mesure de confinement". Des dizaines de personnes ont déjà été condamnées à de la prison ferme pour ces faits. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 61.000 nouveaux cas en 24 heures, "record" de cette 5e vague

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : une troisième personne décédée

Covid-19 : peut-on recevoir une dose de Moderna après une vaccination Pfizer (et inversement) ?

Covid-19 : passeport vaccinal, télétravail... Le Royaume-Uni serre la vis

Faut-il se refaire intégralement vacciner si on est en retard pour sa 3e dose ? Le 20H vous répond

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.