Paris : elle commande un VTC, son chauffeur l'abandonne en pleine forêt

Police
MAUVAISE RENCONTRE - Une jeune femme de 35 ans rentrant chez elle dans un VTC a connu un trajet plus que chaotique : elle a été abandonnée par le chauffeur en bordure d'une route. Celui-ci serait parti avec son téléphone portable ainsi que de l'argent liquide.

La course a viré au cauchemar. La semaine dernière, une jeune trentenaire a commandé un VTC pour rentrer chez elle en région parisienne. Éméchée au moment des faits, elle ne se souvient pas de grand chose et son corps porte encore les marques de ce trajet chaotique, rapporte photos à l'appui, nos confrères du Parisien. 


Dans la nuit du 1er au 2 août, la jeune femme affirme avoir commandé un VTC de la compagnie Uber pour rallier Brunoy depuis le centre de Paris où elle a passé la soirée. Arrivée non loin de son lieu de résidence, elle en vient à parler du Mont-Saint-Michel avec le chauffeur et tous deux conviennent d'un accord : il l'emmène voir le monument pour 300 euros. 

Plus aucune trace de sa course nulle part ...

La jeune femme retire alors 180 euros à un distributeur :  "Je voulais lui payer le reste au retour, explique-t-elle. C'est là qu'il a commencé à s'énerver", raconte-t'elle au Parisien. Au terme d'un altercation verbale avec le chauffeur, ce dernier se gare et sort la jeune femme, en la "tirant par les cheveux", la laissant là, en bordure de route et reprend sa route avec ses 180 euros et son smartphone. La jeune femme tente alors de retrouver son chemin, pensant être en forêt de Sénart. Un automobiliste la dépose à une gare et de là, elle est accompagnée au commissariat de Draveil par une dame et sa fille. 


"J'étais trop alcoolisée pour qu'ils prennent ma plainte, ils m'ont gardée dans le hall d'accueil toute la matinée", dit-elle. Elle portera finalement plainte à Brunoy mais se pose alors un problème de taille. Aucune trace de la course dans ses mails, et Uber ne trouve pas l'historique de la commande de la jeune femme. Pour elle, c'est une certitude : elle n'utilise qu'Uber et affirme que le chauffeur l'a appelée par son prénom et l'adresse à laquelle, elle se rendait, une pratique courante chez les VTC lorsqu'on utilise leurs services. "Après coup, j'ai vu qu'il n'avait pas facturé la course depuis Paris. Je pense qu'elle a disparu parce que le chauffeur l'a annulée. Il a profité du fait que j'étais ivre", estime la jeune femme. De son côté, Uber affirme mener une enquête, précise le Parisien. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter