Paris : un automobiliste soupçonné d'avoir traîné un policier sur 200 mètres près des Champs-Elysées en garde à vue

Police
FAIT DIVERS - Un conducteur âgé de 41 ans a été interpellé dans la nuit de lundi à mardi après avoir, près des Champs-Elysées, traîné un policier dont le bras était resté coincé dans la fenêtre. L'homme aurait démarré brutalement pour échapper au contrôle des forces de l'ordre, en vain. Il a été placé en garde à vue.

Il était environ  2h40 dans la nuit de lundi à mardi quand deux policiers en poste devant le commissariat du 8e arrondissement de Paris aperçoivent un véhicule Volkswagen Passat noir qui entrait dans une rue en sens interdit. Le véhicule se rend alors compte qu’il est en infraction au code de la route et fait demi-tour. Les policiers décident de le contrôler.


Le chauffeur s’arrête. Il s’agit d’un véhicule VTC avec un client à l’arrière. Le conducteur n’a pas pu justifier sa qualité professionnelle. Il ne présente pas non plus son permis de conduire. Il démarre brutalement. Un des deux policiers se retrouve alors le bras coincé dans la voiture au niveau de la vitre. Le véhicule continue sa route puis tourne à droite sur l’avenue Winston Churchill. Le fonctionnaire dont le bras est coincé par la vitre constate alors que la vitesse du véhicule augmente. Il s’empare du volant, le braque vers le trottoir. Le véhicule terminera sa course au niveau des palissades du chantier du Grand Palais.

Le conducteur alcoolisé et sans permis

Interpellé, par les forces de l'ordre, le conducteur de la Volkswagen Passat a un permis suspendu et n’est pas VTC. Il est positif à l’alcool. Selon nos informations, il est connu à de multiples reprises pour des délits routiers.


Après avoir été placé en cellule de dégrisement, il a été placé en garde à vue pour  "violences volontaires sur personne dépositaire de l'autorité publique", "conduite sous l'empire d'un état alcoolique" et "conduite sans permis". 

Le policier hospitalisé

En tout, le policier aura été traîné sur plus de 200 mètres, accroché à la voiture. Il souffre d’une plaie à la tête et d’une fracture du fémur. Il été admis à l’hôpital Beaujon pour y être soigné.


"Les conséquences auraient pu être fatales pour notre collègue. Il ne doit sa vie sauve qu’à son réflexe de dévier la trajectoire de la voiture", a insisté Yvan Assioma, secrétaire régional Paris du syndicat Alliance, contacté ce mardi par LCI. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter