Malte : un étudiant français passe plus de deux mois en prison après avoir uriné sur un mur

Police

VERY BAD TRIP – Titouan B.,21 ans, est parti quelques jours en vacances à Malte en février dernier. En sortant de discothèque, lui et ses amis se soulagent dans la rue. Interpellé peu après, Titouan a été placé en détention… et relâché jeudi dernier.

Il partait avec ses amis faire la fête et profiter du dépaysement, mais son escapade a viré en quelques secondes au cauchemar. Etudiant Nantais en Erasmus à Grenade en Espagne, Titouan B. a quitté la péninsule ibérique début février avec quelques-uns de ses camarades. Direction Malte. 

Dans la nuit du 5 au 6 février, le jeune homme en 3e année de licence sciences et techniques des activités physiques et sportives (Staps) était avec deux comparses en boîte de nuit. En sortant, Titouan B. a une envie pressante et se soulage dans la rue. C’est là que les policiers lui tombent dessus.

Placé en détention

Titouan B. et ses amis prennent peur lorsque les policiers les interrogent. L'étudiant, qui ne comprend pas un mot de ce qui lui est dit en maltais et en anglais, a alors un mauvais réflexe : il s'enfuit en courant. 

 "J'ai rien compris aux événements ce soir-là. On est sorti, on a été en boîte, on a bu quelques verres. En sortant de l'établissement, j'ai eu envie de faire pipi, ça arrive à tout le monde. Alors quoi, j'ai fait pipi contre un mur. Et tout a dégénéré, en quelques secondes", confie à LCI le jeune homme ce samedi. 

Il poursuit : "Je me suis mis à courir. J'ai eu peur sans doute en voyant la police, la panique. Peut-être aussi parce que j'avais mon avion aux alentours de 10 heures, qu'il était 5-6 heures du matin et que je n'avais pas envie de rater mon vol. Mes copains, eux, n'ont pas été inquiétés, ils n'avaient pas encore commencé à uriner. Ils n'ont pas bougé. Moi les policiers m'ont rattrapé, ils m'ont tapé. Je me suis mis en boule, ils ont continué. Puis ils m'ont menotté, et ils m'ont embarqué au poste". 

Selon Presse Océan, un des officiers aurait été blessé au doigt au cours de l’interpellation. Titouan B., lui, est placé en détention. "Il parait qu'un policier s'est cassé deux doigts, je ne sais pas. Sans doute quand il me tapait, assure le jeune homme. Ils étaient quatre policiers sur moi, j'étais tout seul, je ne vois pas comment j'aurais pu leur faire mal, ni dans la rue, ni après au poste où j'étais menotté à ma chaise jusqu'à ce qu'on m'envoie en prison"

Alertés les parents du jeune homme domiciliés à La Roche-sur-Yon sont pris de panique. Ils espèrent que la mésaventure sera passagère. Ce ne sera pas du tout le cas… 

Audience reportée

En réalité, au fil des jours, la situation n’a fait qu’empirer. Le 15 février, la justice décide de renvoyer l’audience au 27 mars en laissant Titouan B. en prison. "Ça a été interminable. Je ne pouvais pas me projeter. J’ai cru que tout était fini pour moi : mon année, mes examens", explique aujourd'hui l'étudiant au quotidien régional.

Le 15 mars, Titouan B. obtient une libération conditionnelle, contre 5.000 euros de caution, mais se voit contraint de rester sur l'île. Le 27 mars, le procès est encore reporté, au 11 avril. 

Jeudi dernier finalement, Titouan a plaidé coupable pour offense, injure et résistance à un représentant de l’ordre public. Selon sa mère, il s'agissait du seul moyen "pour sortir vite" de prison. Jeudi donc, Titouan B. a pu quitter sa cellule. Il  a écopé toutefois d’une peine de 4.000 euros d’amende et deux ans de prison avec sursis.

Une cagnotte de soutien

Depuis, Titouan B. a pu regagner Grenade en Espagne - où il s’est offert la partie de foot dont il rêvait. Lui comme ses parents ont pu compter sur la gentillesse et le soutien de leurs proches dans ce calvaire. 

Une cagnotte avait en effet été mise en place pour la famille afin de permettre notamment aux parents de Titouan B. d’effectuer la vingtaine d’allers-retours nécessaires sur l’île pour suivre le cours de la procédure. A ce jour, plus de 11 000 euros ont été récoltés.

"Plus jamais je n'irai à Malte, c'est certain, conclut le jeune homme. Cette mésaventure est derrière moi. Je la relate dans un livre que j'ai écrit pendant ma détention. J'espère bien pouvoir le publier", conclut l'étudiant.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter