Pourquoi "Gaz Buster", biologiste connu pour ses études sur les effets du gaz lacrymogène, a-t-il été arrêté ?

Police

Toute L'info sur

À la loupe

À LA LOUPE – Le biologiste Alexander Samuel, connu pour ses études sur les effets des gaz lacrymogènes et son surnom associé, 'Gaz Buster', a été arrêté samedi dans les rues de Nice et son domicile perquisitionné. Que s'est-il passé ?

Une interpellation étonnante. Le samedi 26 octobre, le biologiste et enseignant en mathématique niçois Alexander Samuel a été arrêté en pleine rue par la police, placé en garde à vue puis relâché au bout de 48 heures sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui. 

Plus surprenant, d'après son récit, son domicile a été perquisitionné et son matériel informatique aurait été saisi par les forces de l'ordre. Des ordinateurs et des clés USB qui contenaient l'avancée de ses travaux relatifs aux effets des gaz lacrymogène sur la santé. 

Une publication largement partagée sur les réseaux sociaux

Tout part d'une publication sur le compte Facebook de l'avocat Juan Branco, partagée plus de 2.000 fois en l'espace de quelques heures. "Alexander Samuel, le biologiste qui enquête sur les gaz lacrymogènes depuis des mois, vient de m'appeler", explique l'avocat, dont le témoignage est ensuite largement relayé sur de nombreux groupes Facebook, notamment en lien avec le mouvement des Gilets Jaunes. D'après ces publications, le biologiste n'a pas seulement été maintenu en garde à vue durant deux jours, il aurait également subi une perquisition à son domicile.

Que s'est-il passé ?

Contacté par LCI, Alexandre Samuel raconte que plusieurs policiers l'ont interpellé, le samedi 28 octobre, sur l'avenue Jean-Médecin à Nice. "J'avais rendez-vous avec une amie à 14 heures sur la place Masséna, située un peu plus bas. Les policiers m'ont arrêté alors que je passais devant l'agence de la Société générale, où des militants avaient recouvert les vitrines de Blanc de Meudon mélangé à du charbon." D'après le biologiste niçois, cette action était déjà terminée lorsqu'il est arrivé sur les lieux et les policiers procédaient aux arrestations de participants à cet événement organisé à l'initiative d'Attac et du groupe Extinction Rebellion PACA.

Alexander Samuel nous explique qu'après son contrôlé d’identité, les forces de l'ordre lui auraient notifié sa garde à vue pour avoir participé au happening contre la banque Société générale. En tout, 10 personnes ont été placées en garde à vue.  

Lire aussi

Il assure que les policiers n'ont jamais cherché à contacter l'amie avec qui il avait rendez-vous place Masséna. "Normalement, quand on vous présente un alibi, la première chose que vous faites c'est de le vérifier, non ?" s'étonne-t-il. Une procédure pour dégradation de bien public en réseau est alors ouverte et sa garde à vue se poursuit. 

Dans la soirée du samedi 26 octobre, les policiers l'accompagneront pour assister à la perquisition de son domicile et de son véhicule. Le biologiste assure que tout son matériel informatique a été saisi - ordinateurs, clés USB - mais aussi son matériel utilisé pour ses activités de street medic - t-shirt, lunettes de plongée, gants, casques. Plus surprenant, les policiers auraient saisi trois livres, dont 'Petite histoire du gaz lacrymogène' et 'Instruction sur la protection contre les gaz de combat', ainsi que des capsules vides de gaz ramassées lors des manifestations.  

Voir aussi

Une arrestation en lien avec ses études ?

"A aucun moment les policiers n'ont évoqué mes travaux sur les effets des gaz lacrymogènes sur l'organisme", nous assure Alexander Samuel. "Ni au moment de l'arrestation, ni durant la garde à vue, ni pendant la perquisition." D'autres personnes gardées à vue ont également été perquisitionnées ce jour-là. Mais pour le biologiste, les faits sont là. "Tout mon matériel informatique a été saisi et détenu pendant plusieurs heures. Bien que tout m'a été restitué lundi, je ne sais pas ce qu'ils ont fait avec." 

Ses ordinateurs et clés USB contenaient toutes les informations relatives à son travail sur l'utilisation des gaz lacrymogènes. Depuis plusieurs mois, ce docteur en biologie moléculaire réalise une enquête sur les effets sur la santé de ces gaz largement utilisés par les forces de l'ordre depuis novembre 2018 pour dissiper les rassemblements de Gilets Jaunes. En collaboration avec Alexander Samuel, trois médecins ont réalisé des prélèvements sanguins sur des manifestants avec leur consentement. Leur objectif : démontrer que les personnes seraient exposées à la présence de cyanure, et mesurer l'effet de ce dernier. 

Si une enquête préliminaire est toujours en cours concernant sa participation à cette campagne de prélèvements sanguins, pour l'heure aucune instruction judiciaire à son encontre n'a été diligentée. 

Voir aussi

Épilogue surprenant

Après le prolongement de sa garde à vue pour une journée supplémentaire, Alexander Samuel a finalement été relâché le lundi  28 octobre après-midi, libre et sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui. Son nécessaire de street medic aurait été détruit, ainsi que le gilet jaune de son véhicule et l'ouvrage 'Instruction sur la protection contre les gaz de combat TTA 602', un manuel militant datant des années 1950. 

Malgré nos nombreuses sollicitations, ni le parquet, ni la préfecture des Alpes-Maritimes n'ont répondu à nos questions. Le procureur adjoint de Nice a toutefois été contacté par nos confrères de Libération. "L'enquête et la garde à vue n'ont pas permis de retenir d'éléments à son encontre", leur a-t-il déclaré, ajoutant que l'homme "semblait être en compagnie des personnes qui ont participé à cette action". 

Selon Nice Matin, le parquet a demandé le renvoi devant le tribunal correctionnel des neuf militants gardés à vue en même temps qu'Alexander Samuel. 

Lire aussi

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter