Prêtre orthodoxe blessé par balle à Lyon : la garde à vue de l'homme interpellé samedi levée

Prêtre orthodoxe blessé par balle à Lyon : la garde à vue de l'homme interpellé samedi levée

ATTAQUE - Samedi après-midi dans le 7e arrondissement de Lyon, un prêtre orthodoxe a été visé par les tirs d'un individu. Son pronostic vital est engagé. Interpellé dans la soirée, un homme présenté comme pouvant correspondre au signalement du tireur a été libéré ce dimanche.

A 16h, alors qu'il fermait son église, un prêtre orthodoxe de nationalité grecque a été pris pour cible par les tirs d'un individu isolé dans le 7e arrondissement de Lyon, rue Saint Lazare. L'homme âgé de 52 ans a dû être médicalisé sur place avant d'être transporté à l'hôpital, rapporte à LCI une source policière. Une autre source, proche de l'enquête, a fait savoir à l'AFP qu'il avait été atteint "au foie et à bout touchant". Son pronostic vital est engagé. Toujours d'après cette source, "il n'y avait pas de cérémonie" en cours  et "le prêtre n'était pas en tenue"

L’auteur présumé, qui a utilisé un fusil à canon scié et aurait tiré à deux reprises selon informations - le prêtre ne présenterait pour autant qu'une seule blessure par balle - a pris la fuite, plus d’une centaine de policiers se lançant à sa recherche avec les premières descriptions des témoins : un homme de type méditerranéen mesurant environ 1,90 mètre et vêtu d'une gabardine noire et d'un bonnet noir. Dans un court communiqué diffusé en début de soirée, le procureur de la République de Lyon Nicolas Jacquet a annoncé l'interpellation d'un suspect "pouvant correspondre au signalement donné par les premiers témoins a été placée en garde à vue", a indiqué le magistrat. Ce dimanche,  sa garde à vue a été levée. "En l'état des investigations conduites par les enquêteurs, aucun élément ne permet (...) de l'impliquer dans la commission des faits", a expliqué le parquet, ajoutant par ailleurs que l'état de santé de cet homme n'était pas compatible avec une garde à vue. 

Je pensais au début que c'était des mortiers ou des pétards.- Un riverain

Ce sont tout d'abord les riverains qui ont entendu, aux alentours de 16h, deux détonations aux abords de l'église hellénique orthodoxe dont l'entrée principale se trouve rue d'Athènes. "J'ai entendu deux gros bruits. Je pensais au début que c'était des mortiers ou des pétards. Je suis descendu de chez moi et le policier m'a dit que c'était des coups de feu, qu'une église avait été attaquée par je ne sais qui", rapporte un riverain interviewé par LCI. La police municipale, déjà sur place, a trouvé l'archiprêtre du lieu de culte au sol, blessé, au niveau de la porte arrière de l'église, rue Saint Lazare. Elle lui a porté les premiers secours.

Dans un tweet, le ministère de l'Intérieur enjoint la population à éviter le secteur et à suivre les consignes édictées par les autorités. Il indique également que les forces de sécurité et de secours sont sur place, tandis qu'un périmètre de sécurité a été installé.

Une cellule de crise ouverte place Beauvau

Le Raid a été dépêché sur place, tandis que la police judiciaire de Lyon a ouvert une enquête pour les chefs de "tentative d'assassinat". "Le parquet de Lyon reste en étroit contact avec le parquet national anti-terroriste", a précisé le parquet de Lyon. Pour le moment, le caractère terroriste de l'acte n'est pas avéré. Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a de son côté activé la cellule de crise place Beauvau, pour la troisième fois en un peu plus d'une semaine.

"Aucune piste n'est privilégiée, aucune n'est écartée"- Grégory Doucet, maire EELV de Lyon

Ce samedi soir, le maire EELV de Lyon Grégory Doucet s'est félicité de "l'excellente coordination qu'il y a eu entre la police municipale qui est intervenue en premier sur les lieux, les services de secours qui sont arrivés très vite, la police nationale et l'opération Sentinelle qui a sécurisé le quartier de manière très rapide". Il a indiqué que le prêtre orthodoxe était en cours d'opération. "A ce stade, on ne sait pas quel est le motif de l'attaque. "Aucune piste n'est privilégiée, aucune n'est écartée", a-t-il d'autre part fait savoir.

En vidéo

Prêtre blessé : la réaction du maire de Lyon

Vous devez compter sur l'entière détermination du gouvernement de la République pour permettre à tous et à chacun de pratiquer son culte en toute sécurité et en toute liberté.- Jean Castex

Depuis Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), Jean Castex a indiqué un peu plus tôt ce samedi soir qu'il ne disposait pas encore "d'éléments précis sur les circonstances qui ont entouré cet acte". Il a dit se rendre "immédiatement" à Paris pour rejoindre la cellule de crise et faire le point sur la situation. "Vous devez compter sur l'entière détermination du gouvernement de la République pour permettre à tous et à chacun de pratiquer son culte en toute sécurité et en toute liberté. Notre volonté est forte, notre détermination ne faiblira pas. C'est l'honneur de la France, c'est l'honneur de la République", a-t-il ajouté.

Le Premier ministre s'était rendu ce samedi à Rouen et Saint-Etienne-du-Rouvray pour s'assurer du déploiement des forces de sécurité et des forces militaires supplémentaires autour des édifices religieux et des établissements scolaires décidé avec Emmanuel Macron.

Les premières réactions à la suite de cette attaque

Ce samedi soir, la maire de Paris a condamné "avec force", sur Twitter, cette attaque et a adressé ses pensées et tout son soutien au prêtre. "Ma solidarité va à nos concitoyens de confession orthodoxe."

La sénatrice LR des Bouches-du-Rhône Valérie Boyer s'est également émue de cette nouvelle attaque sur le réseau social, comparant la violence qui "s'abat sur notre sol" au "virus que nous n'arrivons pas à stopper". "Mais nous ne parlons pas d'une maladie, nos ennemis ont un visage", ajoute-t-elle.

Sur LCI, l'évêque de Nanterre Monseigneur Matthieu Rougé affirme "être en profonde communion" avec tous ses "amis orthodoxe". Il appelle cependant à la prudence quant à l'interprétation de cet acte, au risque "d'ajouter de la violence à la violence".

"Nous prions pour le prêtre orthodoxe attaqué à la porte de son église à Lyon cet après-midi", fait savoir l'archevêque de Cantorbéry. "Un acte de violence incalculable."

Le président du Conseil européen et ancien premier ministre de la Belgique a également adressé ses pensées au prêtre et condamne "ce nouvel acte abominable". "En Europe la liberté de conscience est garantie pour tous et doit être respectée, la violence est intolérable et condamnable", affirme-t-il sur Twitter.

"Nous sommes tous choqués et attristés par un nouvel attentat brutal à Lyon", fait également savoir sur le réseau social David Maria Sassoli, le président du Parlement européen qui adresse ses pensées au prêtre. "L'Europe ne se pliera jamais à la violence et au terrorisme. Nous défendrons toujours la liberté de conscience", a-t-il ajouté.

"Cette horreur dépasse la logique humaine, qu'une religion puisse armer les mains des terroristes aveuglés par la haine", a pour sa part déploré le chef de l'Eglise de Grèce Mgr Iéronymos.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 9000 contaminations ces dernières 24 heures

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

"Koh-Lanta" : avant la finale, qui remporte le match des réseaux sociaux ?

"Cessons de dire des bêtises" : taxé de racisme après sa parodie d’Aya Nakamura, Omar Sy se défend

Lire et commenter