Le Havre : ce que l’on sait de la prise d’otages survenue jeudi

Le Havre : ce que l’on sait de la prise d’otages survenue jeudi
Police

PRISE D’OTAGES - Un individu qui se disait armé s'était retranché dans une agence bancaire du Havre ce jeudi après-midi, retenant plusieurs personnes. Peu avant 23h, le suspect a été interpellé par les policiers du Raid, qui ont obtenu sa reddition.

Ses motivations étaient floues, l'enquête devra permettre de les éclaircir. Un individu qui retenait plusieurs personnes en otage depuis la fin d’après-midi ce jeudi 6 août dans une banque du centre-ville du Havre, en Seine-Maritime, s'est rendu peu avant 23h. Voici ce que l’on sait.  

Les faits

Il était environ 16h30 ce jeudi lorsqu’un homme se disant armé a pris six personnes en otage dans une agence bancaire Bred-Banque Populaire située boulevard de Strasbourg, en plein centre du Havre, à quelques centaines de mètres de la mairie. Une heure et demie plus tard, la préfecture de la Seine-Maritime prévenait sur Twitter qu’une opération de police était en cours, enjoignant la population à respecter le périmètre de sécurité mis en place. 

Appelé en renfort, le Raid est arrivé sur place peu après 18h30. Des négociations ont alors été lancées, en présence de la mère du forcené. Au fur et à mesure de la soirée, cinq personnes ont été libérées ou réussi à s'échapper. Peu avant 23h, les policiers d'élite ont obtenu la reddition du preneur d'otages et l'ont interpellé, libérant dans le même temps la sixième et dernière personne qui se trouvait avec lui.

Le profil du preneur d’otages

Âgé de 34 ans, le forcené est connu pour des affaires de droit commun ainsi que son profil psychiatrique instable. L'AFP indique par ailleurs qu’il est fiché au TAJ (Traitement d'antécédents judiciaires) pour enlèvement, séquestration et port d'arme. Selon nos informations, ses propos étaient pour le moins confus : il disait notamment vouloir venger les enfants palestiniens. 

Des interventions fréquentes pour le Raid

Joint par LCI, l’ancien patron du Raid, Jean-Michel Fauvergues, aujourd’hui député LaREM, a livré des précisions sur ce type d’opérations, auxquelles les policiers d’élite sont régulièrement confrontés, "entre 60 et 80" fois par an - hors zones gendarmerie, où le GIGN est compétent - selon lui. 

En vidéo

"Il faut être prudent" : Jean-Michel Fauvergue, l'ancien patron du Raid sur LCI

Le professionnalisme des policiers salué

Dès la fin de la prise d'otages, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a confirmé sur Twitter l'interpellation du forcené, soulignant que tous les otages sont "sains et saufs" et saluant le "sang-froid" et le "professionnalisme" des agents du Raid. 

Des félicitations également adressées par l'ex-Premier ministre, Edouard Philippe, redevenu maire du Havre, qui s'est dit "fier et reconnaissant" envers les policiers. 

Même chose pour son successeur à Matignon, Jean Castex, qui a, lui, souligné "l’engagement du Raid et de l’ensemble de nos forces de sécurité et de secours".

Egalement reconnaissant envers le Raid, le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti, a précisé que le parquet du Havre allait désormais "pouvoir enquêter et donner des suites judiciaires" à l'affaire. 

Retrouvez le déroulé des événements minute par minute en cliquant ici.  

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Lutte contre l'islamisme : Macron et Darmanin à Bobigny cet après-midi

CARTE - Covid-19 : à quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Stéphane, témoin du meurtre de Samuel Paty : "A 30 secondes près, on aurait pu faire quelque chose"

EN DIRECT - Covid-19 : des élèves français et leurs enseignants placés en quarantaine en Grèce

Enseignant tué : ce que disait son cours sur la liberté d'expression

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent