Prise d'otages à Blagnac : le suspect mis en examen et écroué

Police

FAIT DIVERS - Le jeune homme qui avait pris mardi en otage pendant plusieurs heures quatre femmes dans un bar-tabac de Blagnac, près de Toulouse, a été mis en examen et écroué jeudi. Le suspect avait été interpellé, peu avant minuit, dans la nuit de mardi à mercredi.

Live
Urgent

DÉTENTION PROVISOIRE


Le suspect a été mis en examen et écroué jeudi, a indiqué le procureur de Toulouse Dominique Alzeari. Il est poursuivi pour "séquestration de plusieurs otages en vue de l'exécution d'un ordre ou d'une condition, et des délits de menaces de mort sous condition, violences avec arme sans ITT et port d'arme de catégorie D", a précisé le magistrat. Il a été placé en détention provisoire.


"Il apparaît que le preneur d'otages déclare appartenir à un groupe d'activistes du mouvement des Gilets jaunes qui, par ce type d'actions, la présente en étant le premier acte, veut promouvoir grâce à l'écho médiatique, ce type de passage à l'acte afin de faire pression sur les pouvoirs publics", a poursuivi Dominique Alzeari. Mais, "à ce stade, aucun élément n'a permis de corroborer l'existence d'un tel groupe", selon le magistrat.

PROFIL

Prise d'otages à Blagnac : que sait-on du jeune homme interpellé ?

Prise d'otages à Blagnac : que sait-on du jeune homme interpellé ?
Urgent

INFO LCI


Le suspect a été placé en garde à vue au commissariat de Toulouse

Urgent

INTERPELLATION


Christophe Castaner annonce sur Twitter que le suspect a été interpellé. Le ministre de l'Intérieur dit sa "reconnaissance" au Raid et à la BRI, ainsi qu'à l'ensemble des forces de sécurité et de secours. 

SUSPECT 


Toujours selon le procureur de Toulouse, le suspect "était défavorablement connu pour des affaires de violences, sur les forces de l'ordre notamment, de vol, mais aussi pour sa participation en décembre à une manifestation de Gilets jaunes, où il avait été interpellé". Le magistrat insiste cependant sur le fait qu'il "n'était pas non plus quelqu'un de classé comme dangereux".

SUSPECT 


Le procureur de la République ajoute pour sa part qu'un "courrier où il [le suspect] semble assez dépressif ou préoccupé par son état de santé". Toujours selon le magistrat, le jeune homme de 17 ans "fait une allusion au mouvement des Gilets  jaunes, mais en assurant que l'acte qu'il voulait commettre n'irait pas au-delà de cette démarche un peu spectaculaire".

Urgent

SUSPECT 


Le préfet de la région Occitanie indique que "le preneur d'otages est toujours retranché dans le bar". Les quatre femmes libérées sont, elles, "saines et sauves, en bonne santé".

Urgent

OTAGES LIBÉRÉES


Les trois femmes encore retenues en otages ont été libérées. Une quatrième avait été libérée peu avant 20H.  

SUSPECT


Citant une source proche de l'enquête, l'AFP rapporte que le suspect, connu pour des faits de droit commun, a récemment été interpellé dans le cadre du mouvement des Gilets jaunes. 

PERQUISITION


Alors que le preneur d'otage de 17 ans retient toujours trois femmes à l'intérieur de l'établissement à l'heure où nous écrivons ces lignes, une perquisition a été menée par les enquêteurs à son domicile. 

BLAGNAC


Bonsoir à toutes et à tous, bienvenue dans ce direct pour suivre la prise d'otage toujours en cours dans un bar-tabac de la périphérie toulousaine. Une prise d'otage qui a démarré il y a maintenant plus de quatre heures, aux alentours de 16H20.

Une prise d'otages a eu lieu ce mardi 7 mai depuis 16H20 dans un bar-tabac de Blagnac, une commune en périphérie de Toulouse. Un individu armé, âgé de 17 ans, s'était enfermé dans l'établissement avec quatre femmes. L'une d'elles a été libérée peu avant 20h, avant les trois autres environ une heure plus tard. Le suspect, qui était resté retranché dans l'établissement, avait finalement été interpellé et placé en garde à vue. Il a été mis en examen et écroué jeudi 9 mai, a indiqué le procureur de Toulouse Dominique Alzeari.

Il est poursuivi pour "séquestration de plusieurs otages en vue de l'exécution d'un ordre ou d'une condition, et des délits de menaces de mort sous condition, violences avec arme sans ITT et port d'arme de catégorie D", a précisé le magistrat dans un communiqué. Il a été placé en détention provisoire.

Voir aussi

"Il apparaît que le preneur d'otages déclare appartenir à un groupe d'activistes du mouvement des +gilets jaunes+ qui, par ce type d'actions, la présente en étant le premier acte, veut promouvoir grâce à l'écho médiatique, ce type de passage à l'acte afin de faire pression sur les pouvoirs publics", a poursuivi Dominique Alzeari. Mais, "à ce stade, aucun élément n'a permis de corroborer l'existence d'un tel groupe".

Lire et commenter