Prison de Fresnes : enquête ouverte après un feu d'artifice sauvage devant les bâtiments

Police
INSOLITE - Un feu d'artifice sauvage a été tiré depuis l'intérieur du domaine de la prison de Fresne, dans le Val-de-Marne, durant la nuit du dimanche 11 à lundi 12 août. Les six hommes responsables de ces festivités pyrotechniques étaient entrés par le poste de sécurité de l'entrée du centre pénitentiaire. Ils ont fui avant d'être arrêtés par la police.

14 juillet en retard, anniversaire surprise, diversion pour une tentative d’évasion ? L'enquête ouverte pour un feu d'artifice sauvage, tiré devant la prison de Fresnes, devra tirer ça au clair. Au moins six personnes sont recherchées par la police pour s'être introduites à l'intérieur du domaine de la prison vers 2h du matin, dans la nuit du dimanche 11 au lundi 12 août. Les infiltrés ont mis le feu à des poubelles puis ont tiré plusieurs feux d'artifice en direction du centre pénitentiaire, a précisé le parquet de Créteil, confirmant une information du Parisien

Ils sont entrés par un poste de sécurité en construction

Les infiltrés ont été repérés au niveau d'un espace poubelles situés près des logements, par les agents postés aux miradors et par la vidéosurveillance. Après avoir mis le feu aux poubelles et lancé les fusées d'artifices, ils ont pris la fuite avant l'arrivée de la police. Plusieurs boîtes de feux d'artifice intactes ont ensuite été trouvées par les policiers du commissariat de Haÿ-les-Roses, dont dépend le domaine pénitentiaire.

 

Les six hommes seraient entrés puis ressortis du domaine au niveau du poste de sécurité situé à l'entrée de la prison. "N'importe qui peut entrer ou sortir comme il veut", déplore Cédric Boyer, représentant local FO, qui demande une sécurisation de site pendant la nuit. Selon l'administration pénitentiaire, une restructuration de ce poste est justement prévue pour 2020 pour étanchéifier l'accès à la prison pendant la nuit. Cela devrait permettre d'achever la sécurisation du périmètre de la prison, lancée en 2018 et 2019.

Des cas similaires à Belfort et Marseille

Le commissariat est saisi de l'enquête en raison de l'interdiction préfectorale des feux d'artifice sauvages. Si c'était le premier cas recensé pour la prison de Fresnes, d'autres centres pénitentiaires ont déjà été confrontés à des festivités pyrotechniques similaires. Dont la prison de Belfort, il y a tout juste deux semaines, ou encore la prison des Baumettes à Marseille, où plusieurs feux ont été signalés récemment. Selon Le Parisien, il s'agissait à chaque fois de fêter l'anniversaire d'un détenu. Le syndicat FO assure que "cela commence à être récurrent et agaçant", notamment à cause du risque d'incendie. Les détenus ont en tout cas été ravis du spectacle et l'ont fait savoir à grand renfort d'exclamations et d'applaudissements.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter