Professeur décapité: sur les réseaux sociaux, "les insultes et menaces ont fusé", témoigne une mère d'élève

Professeur décapité: sur les réseaux sociaux, "les insultes et menaces ont fusé", témoigne une mère d'élève
Police

TÉMOIGNAGE - Sonia est l'un des parents d'élèves de la classe de 4e où enseignait Samuel Paty. Elle a constaté, impuissante, le déferlement d'insultes sur les réseaux sociaux à l'encontre du professeur qui avait montré des caricatures de Charlie Hebdo. Nous l'avons contactée.

Vendredi, Sonia* était dans sa voiture quand elle a appris que le professeur d'histoire de sa fille, Samuel Paty, venait d'être décapité à proximité du collège du Bois d'Aulne où il enseignait.  "Une amie m'a dit : 'il s'est passé quelque chose de grave à Conflans'. J'ai tout de suite pensé au professeur de ma fille Monsieur Paty. Je ne sais pas pourquoi. Quand elle m'a dit que la victime avait été décapitée, c'était trop. On est dans un pays laïc, il y a des valeurs sociales. Comment en est-on arrivé là?"

Sonia a assisté à l'emballement sur les réseaux sociaux après le cours sur la liberté d'expression de Samuel Paty, au début du mois d'octobre. Elle raconte à LCI, comment elle a tenté - dans les commentaires postés sous la vidéo d'un autre parent - d'apporter une autre version des faits.  "J'ai voulu rectifier le tir. J'ai posté un message  pour dire que le prof n'avait pas du tout voulu choquer qui que ce soit. Qu'il avait fait un cours sur la liberté d'expression avec plusieurs documents pour illustrer sa leçon. Que dans ce cours, dispensé à plusieurs classes de 4e, il avait montré une caricature du Prophète nu extraite de Charlie Hebdo, dont les parties intimes d'ailleurs avaient été cachées par une étoile par ses soins. Il avait aussi précisé aux élèves musulmans, s'ils le souhaitaient qu'ils pouvaient alors sortir ou  détourner la tête ", confie ce samedi cette maman effondrée à LCI. 

Lire aussi

"Les insultes et menaces ont fusé"

Malgré son message, Sonia n'a pu que constater que les commentaires sous la vidéo à l'encontre du professeur se sont multipliés.  "Les insultes et menaces ont fusé. Il était traité de 'pédophile', de 'pervers'. Certains disaient : 'il faut le virer, il faut le buter'. c'était terrible. Je ne pouvais pas comprendre ça. Ma fille m'avait parlé du cours, elle l'avait trouvé très intéressant. Son prof a fait le pour et le contre, il n'y avait aucun parti pris". 

Elle ajoute:  "Jamais je n'aurais pensé qu'on pourrait en arriver là",  commente-t-elle des trémolos dans la voix. 

"Il y avait un côté très zénitude chez lui"

Quand elle a récupéré sa fille après son cours de danse en début de soirée, l'adolescente lui a dit en larmes: . "Maman, c'était un papa. En plus, ce matin, ils nous a fait rire en classe".  

Toute l'info sur

L'assassinat de Samuel Paty, professeur d'histoire

Attentat islamiste contre Samuel Paty : suivez les dernières informations

Comme tous les parents et les élèves, Sonia et sa fille sont désemparées ce samedi. "Je ne connaissais Monsieur Paty que depuis cette année, c'était quelqu'un de très humble, de très doux. Il avait une voix très agréable. On sentait le côté très zénitude chez lui". L'Elysée a annoncé qu'un hommage national serait rendu dans les prochains jours au professeur. Le parent qui avait posté la vidéo condamnant le cour de M. Paty a, lui, été placé en garde à vue.

* Le prénom a été modifié

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Erdogan invite Macron à "se faire soigner", l'Élysée dénonce des "propos inacceptables"

Covid-19 : la France a-t-elle vraiment les plus mauvais chiffres en Europe ?

Covid-19 : pourquoi les masques en tissu n'ont plus la cote auprès des Français

EN DIRECT - Covid : état d'urgence et couvre-feu en Espagne, bars fermés à 18h en Italie

CARTE - Voici la liste des 54 départements désormais sous couvre-feu

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent