Propos "anti-flics" : un syndicat de policiers porte plainte contre Yann Moix pour diffamation

Police
DirectLCI
RÉACTION - Selon nos informations, une plainte de l'UNSA-Police va être déposée ce lundi matin à Paris. Elle vise notamment Yann Moix, après ses propos "anti-flics" tenus la semaine dernière sur le plateau de l'émission "Les Terriens du samedi".

Les policiers ne décolèrent pas. Les propos tenus par Yann Moix sur le plateau de C8 dans l'émission "Les Terriens du samedi" ne passent toujours pas, malgré les excuses et l'aveu de "manque d'intelligence" de l'intéressé sur le plateau de LCI. 


Selon nos informations, le syndicat UNSA-Police a décidé de porter plainte contre le chroniqueur. Le syndicat estime qu'à travers ces propos, la police nationale est attaquée et visée par des propos diffamatoires. A ce titre, l'organisation syndicale va déposer plainte contre le chroniqueur pour diffamation avec constitution de partie civile.

Joint par téléphone, Me Derambarsh affirme que dans cette histoire, "c'est l'addition des quatre phrases prononcée par Yann Moix qui a choqué". "On fait dire que les fonctionnaires sont des lâches à travers une métaphore extrêmement vulgaire. Yann Moix infantilise les fonctionnaires de police. Plus grave, il jette l'opprobre sans preuve. Aucune étude ne prouve qu'elle est l'une des plus violentes d'Europe. Ces propos tendent à discréditer les fonctionnaires de police", dit-il à LCI. 

Nous voulons qu'il soit condamné en justicePhilippe Capon, secrétaire général du syndicat UNSA-Police

Du coté de l'UNSA-Police, on n'en démord pas, malgré les excuses du chroniqueur. "C'est irrespectueux. Les collègues le prennent très mal. Le métier est de plus en plus difficile. Il faut que cela s'arrête. Il fait une généralité de tout. On pensait qu'il aurait pu se calmer mais à chaque fois, il réitère. Nous voulons qu'il soit condamné en justice. Il y a un public pour ces déclarations mais nous on en a marre. Il critique quelque chose mais par son intervention, il attise le feu. On a besoin de sérénité pour avancer et rétablir la sécurité dans des endroits les personnes en ont besoin", indique à LCI Philippe Capon, secrétaire général du syndicat. 

Yann Moix avait tiré à boulets rouges sur les forces de l'ordre, les accusant de "se victimiser" et de "chier dans leur froc". Il a également qualifié la police française comme l'"une des plus violentes d'Europe" ciblant "les pauvres et les milieux défavorisés" et a accusé les policiers de "harcèlement" sur des "gens inoffensifs". 


Dans la foulée de la diffusion de l'émission, les policiers de tous bords se sont dressés vent debout contre ces propos. Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur avait apporté son soutien aux forces de l'ordre et également annoncé porter plainte. Un autre syndicat, Alternative CFDT avait saisi le CSA et annoncé déposer plainte. Le SCSI-CFDT, qui a également saisi le CSA, avait même invité "les policiers et ceux qui les soutiennent à se désabonner de Canal+", si Yann Moix est maintenu comme chroniqueur sur C8, chaîne du groupe Canal+. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter