Propos polémiques sur la police : six policiers intervenus au Bataclan demandent à rencontrer Yann Moix

Police
DirectLCI
POURSUITES - Après les propos sur les policiers tenus par Yann Moix le week-end dernier sur C8, qui avaient suscité un tollé dans la profession, six policiers dont plusieurs sont  intervenus au Bataclan, demandent à rencontrer le polémiste. Le ministre de l'Intérieur, lui, a annoncé qu'il portait plainte contre le chroniqueur. Ce dernier avait fait son mea culpa mardi sur LCI.

Ils ont communiqué via leur avocat. Six policiers ont fait savoir dans une lettre ouverte qu'ils souhaitaient rencontrer Yann Moix, l'écrivain polémiste  qui a récemment accusé leur profession de "se victimiser" dans l'émission de Thierry Ardisson, "Les terriens du samedi".  "Nos clients ont pu se sentir offusqués par vos propos", "ils n'entendent  pas polémiquer" mais "proposent de vous rencontrer au sein du cabinet, hors  caméra" afin de "débattre, ou au moins que vous les écoutiez", indique le courrier.


Plusieurs de ces policiers sont notamment intervenus au Bataclan le 13 novembre 2015. "Ils pourraient vous faire part de leur quotidien professionnel et ne soyez  pas étonné s'ils évoquent la nuit du 13 novembre 2015, lors de laquelle, en  patrouille au sein de la BAC 94, ils sont arrivés les premiers sur place au  Bataclan, scène d'horreur sans précédent", poursuivent les deux avocats dans cette lettre adressée à Yann Moix. On ne sait pas, à cette heure, si le chroniqueur a répondu aux intéressés.   Mais son avocat a fait savoir à l'AFP que l'écrivain y était favorable : "Yann Moix est évidemment ouvert à des échanges, formels ou informels, avec  des policiers, particulièrement ceux intervenus dans des conditions  épouvantables au Bataclan", a déclaré  l'avocat de l'écrivain, Me  Patrick Klugman.

Gérard Collomb porte plainte

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a annoncé, lui, qu'il allait porter plainte contre le chroniqueur. La plainte vise les paroles prononcées par l'écrivain durant cette émission. "Vous venez dire ici que les policiers ont peur, que vous chiez dans votre froc", avait lancé Yann Moix, accusant les policiers de se "victimiser". "La peur au ventre, vous n'avez pas les couilles d'aller dans des endroits dangereux", avait-il ajouté. 

Mea culpa

Les propos du chroniqueur ont suscité plusieurs milliers de plaintes auprès du CSA, et un tollé chez les syndicats de police. 


Mardi, sur LCI, Yann Moix était revenu sur ses propos, assurant avoir "manqué d'intelligence" et se défendant d'être "anti-flic".  "Etre anti-flic n'a aucun sens et aucun intérêt. J'étais en colère. On peut être en colère contre des gens qu'on aime bien et je n'ai absolument rien contre la police", avait-il assuré. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter