Puy-de-Dôme : un maire attaqué au couteau, "notre mission d'élu c'est d'aider la population, pas de se faire agresser"

Police
AGRESSION - Le maire de la commune de Saint-Myon a été agressé vendredi par un homme muni d'un couteau. L'un de ses adjoints a été légèrement blessé en déviant l'arme.

Jean-Pierre Muselier, 68 ans, maire de Saint-Myon (Puy-de-Dôme) a été agressé ce vendredi par un homme armé d'un couteau. Accompagné de deux adjoints, dont l'un a été blessé en déviant la lame, l'édile s'était rendu chez l'une des habitantes de ce village de quelque 450 habitants. "C'est son fils qui a tenté de l'agresser", a précisé à l'AFP la préfète, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc.


Le maire, "très choqué", n'a pas été blessé mais son adjoint "a reçu une estafilade au bras après avoir arrêté le geste" de l'agresseur, a-t-elle ajouté. Ce dernier "a été interpellé par les gendarmes puis hospitalisé à la demande d'un tiers".


Joint par LCI, Jean-Pierre Muselier a raconté comment était survenue l'agression. "Ce jeune garçon s'est jeté sur moi avec un couteau de boucherie, avec une grande lame, en disant je vais te tuer. J'ai esquivé le coup. Je n'ai pas été blessé. Un conseiller municipal qui était à côté de moi a aussi essayé d'esquiver. Il a une petite égratignure sur le bras.  Psychologiquement quand vous voyez un couteau contre vous, vous avez la peur de votre vie. Moralement, c'est très difficile. C'est la première fois qu'un tel événement arrive. Notre mission d'élu c'est d'aider la population, pas de se faire agresser." 

Dans un communiqué, la préfète a exprimé "tout son soutien et son indignation face à l'agression dont le maire a été victime dans l'exercice de ses missions au service de l'État et de la République".


L'agresseur âgé de 31 ans a été interpellé par les gendarmes et pris en charge par les sapeurs-pompiers. Selon nos informations, il a été hospitalisé à la demande d'un tiers à Clermont-Ferrand et présenterait des troubles du comportement.

En vidéo

Incivilités, menaces et agressions : le quotidien des maires

Cette agression intervient quelques jours après la mort du maire de Signes (Var), Jean-Mathieu Michel, tué lundi accidentellement, selon les premiers éléments de l'enquête, alors qu'il s'opposait à un dépôt illégal de gravats dans la nature.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter