Quatre blessés dans une rixe entre jeunes habitants du Val-d'Oise

Police

BAGARRE - Des jeunes habitants de Garges-lès-Gonesse et de Goussainville (Val-d'Oise) se sont affrontés dans la nuit de mercredi 19 à jeudi 20 septembre, faisant quatre blessées. Une enquête a été ouverte et confiée à la sûreté départementale. Le phénomène de violences entre des habitants de plusieurs villes du département n'est pas nouveau.

Le département du Val-d'Oise (95) a été le théâtre d'affrontements entre habitants de deux villes, Garges-lès-Gonesse et Goussainville. Quatre jeunes originaires de Garges-lès-Gonesse ont été blessés après une rixe qui s'est déroulée en deux temps dans la nuit de mercredi 19 à jeudi 20 septembre, entre minuit et 2 heures du matin. Alertés, les policiers sont intervenus dans le quartier des Grandes-Bornes, à Goussainville vers 2 heures et ont découvert trois jeunes âgés de 18, 21 et 23 ans, présentant des plaies à la tête, rapporte Le Parisien. Une quatrième victime, touchée à la gorge et à l'épaule par arme blanche, a été prise en charge par les secours plus tard dans la nuit, à Garges cette fois. Leur pronostic vital n'est pas engagé.

Deux séquences ont été mises en ligne et témoignent de la violence de la scène. Dans une première, on distingue des jeunes armés de barres de fer se ruer sur des voitures pour s'en prendre à leurs occupants puis frapper un homme à terre. Dans une seconde, on voit un autre homme couché sur le sol, blessé à la tête. Une enquête a été ouverte et confiée à la sûreté départementale. Les motifs de ces violences ne sont pas connues pour l'heure.

Voir aussi

Ce n'est pas la première fois que des rixes entre jeunes ont lieu entre jeunes de différentes communes du Val d'Oise. En janvier dernier, une habitante de Garges-lès-Gonesse avait alerté sur la gravité de la situation par le biais d'une vidéo de deux minutes intitulée "Battons-nous autrement". Choquée par le lynchage d'un adolescent de sa ville quelques mois plus tôt, filmé et relayé sur Internet, Kerenn, 17 ans, avait alors décidé d'agir par ses propres moyens. "La vidéo, ça permet de parler à notre génération", témoignait la jeune fille au Parisien, expliquant avoir voulu "toucher un maximum de personnes" et "trouver des solutions" pour mettre fin aux violences que connaissent différents quartiers. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter