Seine-Saint-Denis : le garçon de 8 ans enlevé par son père a été retrouvé

Seine-Saint-Denis : le garçon de 8 ans enlevé par son père a été retrouvé

ALERTE ENLEVEMENT - Le petit garçon, placé auprès de l'aide sociale à l'enfance (ASE) en Seine-Saint-Denis à cause de violences parentales et qui avait été enlevé jeudi par son père, a été retrouvé.

Il a été déposé samedi soir par un membre de sa famille au commissariat de Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis), avant d'être placé dans un foyer en Seine-et-Marne. Le dispositif "alerte enlèvement" avait été déclenché mais s'était soldé, pour la première fois depuis sa création, par un échec... Finalement, le petit garçon de 8 ans, enlevé par son père jeudi "à 16h dans un foyer d'urgence de Villepinte", en banlieue parisienne, où il avait été placé "au motif notamment de violences aggravées commises par son père", a été retrouvé, fait savoir ce dimanche la préfecture de Seine-Saint-Denis.

Lire aussi

Le père et le fils sont tous deux originaires des pays de l'Est. Cet enlèvement intervenait quelques jours après la mort d'une petite fille, Vanille, tuée le jour de son premier anniversaire par sa mère à Angers. Atteinte de troubles psychiatriques importants, cette dernière n'avait pas ramené sa fille comme prévu à l'aide sociale à l'enfance (ASE) où elle était placée, et l'avait étouffée avant d'abandonner son corps dans un conteneur à vêtements. Jeudi, la préfecture de police a également diffusé un appel à témoins, après l'enlèvement mardi à Paris d'un bébé prématuré par sa mère dans un hôpital parisien.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

VIDÉO – Un an de pluie en quelques heures : les images des dégâts des inondations monstres en Sicile

Que risquera-t-on en roulant sans pneus hiver après lundi ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - 13-Novembre : "Nous sommes des rescapés du Bataclan et des oubliés de l'administration", témoigne un policier

"C’est ridicule" : la colère monte face aux routes bloquées de la frontière franco-espagnole

Plus de 5000 cas de Covid-19 par jour : peut-on déjà parler de "cinquième vague" de l'épidémie ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.