Signalement d'une vidéo d'un viol diffusée sur les réseaux sociaux : comment fonctionne Pharos ?

Police

PHAROS - Les internautes ont été nombreux à signaler à la plateforme Pharos une vidéo montrant l'agression sexuelle d'une jeune femme près de Toulouse diffusée sur les réseaux sociaux. Zoom sur ce portail mis en place par le ministère de l'Intérieur et dédié aux contenus illicites circulant sur Internet.

Dimanche, une vidéo montrant l'agression sexuelle d'une jeune femme devant le parking d'une discothèque à Balma a été diffusée sur les réseaux. Les images insoutenables ont été largement signalées sur la plateforme Pharos. Une information judiciaire pour viol en réunion a depuis été ouverte. 

Lire aussi

Comment marche ce portail dédié aux signalements de contenus illicites sur internet ? Les informations remontées sont-elles nombreuses ? Zoom sur "les yeux et les oreilles du Net". 

Pharos c'est quoi ?

Pharos, acronyme de plate-forme d’harmonisation, d’analyse, de recoupement et d’orientation des signalements, a été lancée en 2009. Ce portail du ministère de l’Intérieur permet aux internautes de signaler les contenus et comportements illicites circulant sur Internet. 

"Nous sommes un peu les yeux et les oreilles du Net", avait expliqué à l’AFP en début d’année François-Xavier Masson, patron de l'Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication (OCLCTIC). "Mais nous recueillons des signalements, nous ne contrôlons pas Internet et ne sommes pas une police du web", ajoutait-il.

Une vingtaine de policiers et gendarmes recueillent, analysent, recoupent les signalements des internautes, évaluant s’il s’agit ou non d’infractions. Une fois les informations recoupées, ils alertent les services compétents tels que la police nationale, la gendarmerie, les douanes, la Direction Générale de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DCCRF) en France ou encore Interpol. Une enquête est alors ouverte sous l'autorité du Procureur de la République. 

Pharos n’a en revanche pas vocation à traiter les urgences qui sont aussitôt répercutées sur le 17 (police-secours).

Combien de signalements ?

En 2017, 153.586 signalements ont été enregistrés, essentiellement pour des escroqueries. Pharos avait enregistré 170.712 signalements en 2016, après un pic en 2015 à 188.000 signalements (contre 129.000 l'année précédente), essentiellement dû aux attentats en France.

Sur les 153.586 signalements, 51% concernaient des escroqueries, 13% des atteintes aux mineurs, 9% des discriminations et 4% étaient liés au terrorisme. 

Vers une nouvelle plateforme

Pour simplifier les procédures et mieux repérer les escroqueries, les autorités travaillent désormais à une nouvelle plateforme de plainte en ligne, nommée Thésée (Traitement harmonisé des enquêtes et signalements des e-escroqueries). Elle permettra de déposer plainte en ligne sans avoir à se déplacer au commissariat pour des infractions comme le piratage de messagerie, le chantage en ligne, le "rançongiciel" (logiciel de rançonnage) ou encore "les escroqueries à la romance". 

Ce dernier phénomène est en augmentation, notamment via les sites de rencontres. Une relation virtuelle qui se finit en arnaque. "C'est assez difficile pour les victimes d'expliquer de vive voix au commissariat" qu'elles se sont fait bernées par "amour", avait alors expliqué François-Xavier Masson. Thésée devrait être mise en place en 2019.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter