Courchevel : des questions et un début de polémique après l’incendie mortel

Courchevel : des questions et un début de polémique après l’incendie mortel
Police

Toute L'info sur

Incendie meurtrier à Courchevel

CATASTROPHE - Le bâtiment de Courchevel dans lequel s'est déclaré l'incendie qui a fait deux victimes ce dimanche était-il aux normes ? Il s'agit de la principale interrogation après le drame, alors que les causes du sinistre n'ont pas encore été révélées.

Deux morts et des dizaines de blessés dont quatre graves. C’est le lourd bilan de l’incendie qui s’est déclaré dans la nuit de samedi à dimanche dans un immeuble hébergeant des saisonniers à Courchevel (Savoie). Si les causes de l’incendie ne sont pas encore connues, plusieurs questions et polémiques sont déjà apparues.

Lire aussi

Un bâtiment aux normes ?

Cet immeuble qui hébergeait de nombreux saisonniers de toutes nationalités était-il insalubre ? C’est ce qu’a laissé entendre Adrien, logeant dans l’immeuble en face de celui où s’est déclaré l’incendie, à LCI. "Il faut savoir que c’est un bâtiment qui n’est pas du tout aux normes (…). C’est une honte de loger des saisonniers là-dedans. Il n’y avait pas d’alarme incendie."

Un constat partagé par un jeune homme qui se trouvait à l'intérieur du bâtiment quand le feu s'est déclaré, et qui a témoigné auprès du Dauphiné Libéré. "Heureusement qu’on a été réveillés parce qu’il n’y a pas d’alarme incendie, les extincteurs ne marchent pas. Il y a des gens au premier étage qui ont essayé la lance à incendie, les extincteurs, il n’y a rien qui marchait. Il n’y a aucune alarme incendie, aucun détecteur de fumée, nulle part, ni dans les couloirs ni dans les chambres. (…) Personnellement, ce serait mon bâtiment, je le referai avant de laisser les gens mettre leur vie en danger à vivre là-dedans. (…) Pour dire clairement les choses, c’est insalubre", a-t-il déclaré.

Mais au Parisien, Eric Boix-Vives, un commerçant dont la supérette est située à quelques centaines de mètre de l’immeuble, a assuré que ce dernier n’était pas insalubre. "Les gens y étaient bien logés. Ce n’était pas un bâtiment dangereux. Il y a un escalier de secours. Ce n’était pas un bâtiment à l’abandon." 

Devant la presse, le sous-préfet d'Albertville Frédéric Loiseau a pourtant avoué que le dernier contrôle du bâtiment "devait certainement dater".

Besoin de travaux ?

L'enquête déterminera si l'immeuble était insalubre ou non, et si toute la sécurité nécessaire y était installée. En revanche, ce que l'on sait, c'est que le bâtiment devait prochainement faire l'objet de travaux. A Franceinfo, le maire de la station de ski huppé a assuré qu'il devait être rénové. "C’est un établissement qui est exploité par un socio-professionnel de la station. Il avait d’ailleurs engagé une procédure de rénovation du bâtiment, il a déposé une demande de permis de construire en décembre 2018 et ce permis de construire est en cours d’instruction dans nos services. Ce projet devait se réaliser dès le printemps prochain", a-t-il expliqué.

A l'AFP, Jean-Pierre, un habitant, a assuré que cet ancien hôtel, dont le rez-de-chaussée est actuellement occupé par une boutique de luxe, avait longtemps été fermé, jusqu’à ce que le propriétaire du groupe hôtelier "y installe ses équipes". L'immeuble appartient au groupe immobilier Maison Tournier, qui possède 18 hôtels, bars et restaurants à Courchevel ; ainsi que des adresses à Saint-Tropez et Chambéry.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter