EN DIRECT - Un TGV Strasbourg-Paris déraille : 22 blessés, enquête ouverte pour blessures involontaires

Un accident de TGV près de Saverne a fait 22 blessés, dont un grave, le conducteur, mais ses jours ne sont pas en danger. Les passagers sont finalement arrivés à Paris dans l'après-midi.
Police

DÉRAILLEMENT - Un TGV, qui reliait Strasbourg à Paris, a déraillé jeudi 5 mars vers 7h30 à hauteur d'Ingenheim, à une trentaine de kilomètres au nord de Strasbourg, dans le Bas-Rhin. La préfecture du Grand-Est annonce que le conducteur, "grièvement blessé", est en urgence absolue. 21 autres voyageurs ont été blessés. Une enquête a été ouverte pour blessures involontaires.

L'accident s'est produit ce jeudi matin. Un TGV reliant Strasbourg à Paris, qui avait quitté sa gare de départ à 7h19, a déraillé vers 7h30, entre Ingenheim et Saessolsheim dans le Bas-Rhin. La motrice et les quatre premières voitures sont sorties des rails. Selon la SNCF, l'accident est dû à l'affaissement d'un talus que le train est venu percuter. 348 personnes étaient à bord. Le premier bilan communiqué par la préfecture du Grand-Est fait actuellement état d'une personne en urgence absolue, le conducteur du TGV "grièvement blessé" qui a été évacué par hélicoptère, et de 21 autres blessés en urgence relative.

Live

POINT PRESSE


"Le conducteur s'est comporté de manière admirable", a déclaré le patron de la SNCF Jean-Pierre Farandou.

JUSTICE


Le parquet de Strasbourg a ouvert une enquête sur l’accident de TGV, des chefs de blessures involontaires. L'enquête a été confiée à la gendarmerie.

POINT PRESSE


"Les causes ne sont pas encore complètement établies mais on voit bien qu'on a eu un glissement de terrain complètement imprévu", a indiqué le président de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, qui s'est rendu sur place. Cinq TGV "sont passés ce matin sur (cette) voie, le sixième a percuté à très grande vitesse ce talus", a-t-il ajouté, évoquant un accident "rarissime".


La motrice ainsi que les quatre voitures de têtes ont déraillé, selon un porte-parole de la SNCF. Mais "le conducteur a réussi à actionner le dispositif de freinage d'urgence afin de mettre en sécurité les voyageurs", a-t-il indiqué. "Il s'est comporté de manière admirable", a souligné M. Farandou, qui note que "le train est resté debout sur ses roues en permanence".

POINT


L'accident a fait un blessé héliporté en "urgence absolue", le conducteur, et 21 autres, en "urgence relative", dont 18 "très légèrement" touchés.


Le conducteur, victime d'un "enfoncement du thorax", a été hospitalisé en "urgence absolue", a indiqué le directeur de cabinet de la préfète du Bas-Rhin, Dominique Schuffenecker, qui s'est rendu avec elle sur les lieux de l'accident. Celui-ci, survenu à Ingenheim, non loin de Saverne, est sans doute dû à un spectaculaire glissement de terrain.


Le conducteur a été évacué par hélicoptère mais son pronostic vital n'est pas engagé, selon la SNCF. Le chef de bord, qui souffre d'un traumatisme dorsal, a également été "pris en charge", a-t-elle ajouté, précisant qu'un passager avait été "légèrement blessé au visage".


Sur les 22 blessés recensés, "quatre ont nécessité une hospitalisation" à Strasbourg et Saverne, a précisé la préfecture. Les dix-huit autres, "blessés très légèrement", ont pu quitter le site, a-t-elle précisé, évoquant un "bilan définitif". 

BORNE


"J'adresse mon soutien aux blessés et salue le sang-froid des équipes de la SNCF et de secours. Nous avons saisi le BEA pour déterminer les circonstances de l'accident", a indiqué dans un tweet la ministre de la Transition écologique, également chargée des Transports, Elisabeth Borne.

Le parquet de Strasbourg a ouvert une enquête pour blessures involontaires, confiée à la gendarmerie.

CONDUCTEUR


D'après un premier bilan, le conducteur a été très grièvement blessé. Selon Stéphanie Dommange, directrice régionale TER Grand Est, sa vie "n'est pas en danger"

EXPLICATIONS


Peu après l'accident du TGV Strasbourg-Paris, qui a fait 22 blessés dont le conducteur en urgence absolue, la SNCF a posté un cliché du glissement de terrain. Une photo prise par un agent SNCF arrivé sur les lieux après que le train est sorti de sa voie.

Déraillement d'un TGV Strasbourg-Paris : la photo du glissement de terrain a bien été prise après l'accident

TRAFIC 


La circulation des trains a été déviée dans les deux sens, causant des retards. L'ensemble des TGV est détourné par les lignes classiques entre Vendenheim et Baudrecourt.

SNCF


Le président de la SNCF Jean-Pierre Farandou et le président de SNCF Réseau Luc Lallemand se rendent actuellement sur les lieux de l'accident. 

EXPLICATIONS


Après que plusieurs wagons d'un TGV reliant Strasbourg à Paris sont sortis des rails, voici cinq problèmes techniques ayant déjà fait sortir des trains à grande vitesse de leurs voies.

Vitesse, affaissement de voie ou défaillance technique : pourquoi les TGV déraillent ?

POINT PRESSE


Stéphanie Dommange, la directrice régionale de la SNCF, a confirmé que le glissement de terrain était à l'origine de l'accident du TGV Strasbourg-PSG. "Le train est sorti de la voie, mais il est resté debout". Elle a fait savoir que la voie a bougé, sans que l'on sache si c'est à cause du glissement de terrain ou de l'affaissement de la voie sur laquelle passe le train.

POINT PRESSE


Lors d'un point presse organisé sur les lieux, le directeur de cabinet de la préfète du Bas-Rhin Dominique Schuffenecker a donné des nouvelles du conducteur du train "grièvement blessé". Il souffre d'un enfoncement de la cage thoracique et d'une blessure à la clavicule.

TÉMOIGNAGES


Plusieurs passagers présents dans le TGV ont témoigné sur le déraillement.

"Il y a eu un énorme choc" : les passagers du TGV Strasbourg-Paris qui a déraillé racontent

ENQUÊTE


Le secrétaire d'État aux Transports Jean-Baptiste Djebbari a annoncé que le BEA a été mandaté pour faire "toute la lumière" sur le déraillement du TGV. "Soutien aux blessés et gratitude envers les cheminots et les secours qui ont su réagir rapidement", a-t-il écrit.

TRAFIC


Les circulations ferroviaires entre Paris et Strasbourg ne sont pas interrompues et l'ensemble des TGV est détourné par les lignes classiques entre Vendenheim et Baudrecourt.

ACCIDENT


L'image de l'affaissement du talus que le TGV est venu percuter.

ENQUÊTE


La SNCF annonce dans un communiqué qu'une enquête interne a été immédiatement déclenchée et l'Établissement Public de Sécurité Ferroviaire a été saisi. 

SNCF


Alain Krakovitch, le directeur de SNCF Voyages, la branche des grandes lignes et des TGV, rappelle que "la priorité est la prise en charge de notre conducteur, grièvement blessé mais dont les jours ne sont pas en danger, et de nos clients et chef de bord, choqués."

TÉMOIGNAGE


"Il y a eu un énorme choc et on a sauté, on a tapé les supports bagages au-dessus de nos têtes", a raconté à LCI un passager présent dans le premier wagon, juste derrière la motrice, du TGV Strasbourg-Paris. "On a mis 15 secondes à s'arrêter totalement."

SECOURS


92 sapeurs-pompiers et 37 engins sont mobilisés pour porter secours aux passagers.

BILAN


Le conducteur du TGV, "grièvement blessé", a été évacué par hélicoptère, précise la SNCF.

PRÉCÉDENT


Ce n'est pas la premier accident de TGV en Alsace. Le 14 novembre 2015, le déraillement d'une rame d'essai près d'Eckwersheim, dans le Bas-Rhin, avait fait 11 morts et 42 blessés. 

La SNCF responsable dans l'accident de train mortel d'Eckwersheim

BILAN 


Le premier bilan communiqué par la préfecture du Grand-Est fait état d'un blessé en urgence absolue, le conducteur du TGV, et de 20 blessés en urgence relative.

ACCIDENT


Un TGV reliant Strasbourg à Paris, qui avait quitté sa gare de départ à 7h19, a déraillé vers 7h30, à hauteur d'Ingenheim. La motrice et les quatre premières voitures sont sorties des rails. Selon la SNCF, l'accident est dû à l'affaissement d'un talus que le train est venu percuter.

"Il y a eu un énorme choc, on a mis 15 secondes à s'arrêter totalement", a raconté à LCI un passager du TGV. Interrogée par France Bleu, une autre usagère a expliqué avoir "ressenti un grand choc, comme si le train avait heurté quelque chose, le TGV a ensuite freiné très longuement". "On s'est tenue la main avec ma voisine, pour se rassurer toutes les deux", a-t-elle ajouté. "C'était assez impressionnant, comme si on avait tapé quelque chose, puis une interminable glisse sur les cailloux. Plus personne ne parlait, on s'accrochait à nos sièges", a poursuivi un passager, qui était assis dans le wagon de tête. Des premières photos diffusées montrent le train qui n'est pas couché mais l'avant de la locomotive endommagé.

La préfecture de la région Grand Est a indiqué sur Twitter avoir activé le centre opérationnel départemental pour coordonner les opérations de secours. Le Service départemental d'incendie et de secours (Sdis) du Bas-Rhin appelle toute personne "à éviter le secteur et faciliter l'accès des secours". Des bus ont été affrétés pour permettre l'évacuation progressive des passagers. Le trafic du réseau TGV entre Strasbourg et Paris est dérouté sur la ligne classique Vendenheim-Baudrecourt. Une enquête interne a été immédiatement déclenchée par la SNCF et l'Établissement Public de Sécurité Ferroviaire a été saisi. 

Lire aussi

Le 14 novembre 2015, le déraillement d'une rame d'essai près d'Eckwersheim, une commune du Bas-Rhin, avait fait 11 morts et 42 blessés. L'enquête interne de la SNCF avait révélé une entrée en courbe à une vitesse de 265 km/h, supérieure à la vitesse de renversement. En 2017, un rapport des experts judiciaires écartait l'hypothèse d'un déraillement causé uniquement par une erreur de conduite.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent