Tarn-et-Garonne : un Gilet jaune interpellé pour avoir collé un slogan "anti-flic" sur sa camionnette

Police

Toute L'info sur

La colère des Gilets jaunes

HOSTILITÉ - Un Gilet jaune a été placé en garde à vue lundi soir à la gendarmerie de Caussade, dans le Tarn-et-Garonne, pour avoir affiché le slogan "Flic suicidé, à moi pardonné" sur sa camionnette. L'individu doit être présenté mardi devant le parquet de Montauban. Il encourt un an de prison.

Sa fourgonnette "anti-flics" n'est pas passée inaperçue. Après les slogans haineux ("Suicidez-vous !") scandés samedi dans le cortège parisien lors de l'acte 23 des Gilets jaunes et les inscriptions taguées lundi sur la façade de la gendarmerie de Landivisiau, un Gilet jaune a été placé un garde à vue lundi soir à la gendarmerie de Caussade, dans le Tarn-et-Garonne. 

Selon nos confrères de La Dépêche du Midi, l'homme de 52 ans a été interpellé pour avoir apposé sur la lunette arrière de sa camionnette une affichette sur laquelle était inscrit le slogan "Flic suicidé, à moitié pardonné". Il sera présenté mardi au parquet de Montauban pour "outrage à personnes dépositaires de la force publique". L'individu encourt un an de prison.

Scandalisé de voir le véhicule utilitaire blanc stationné dans la ville, des passants l'ont signalé aux gendarmes. Ces derniers ont vite identifié le propriétaire, originaire d'Alsace mais résidant depuis des années à Caussade. Finalement, l'homme a devancé les forces de l'ordre en se présentant de son propre chef à la gendarmerie où il a été aussitôt placé en garde à vue.

Lire aussi

En vidéo

TÉMOIGNAGE - Suicide chez les forces de l'ordre : un policier raconte pourquoi il a voulu mettre fin à ses jours

Cette nouvelle affaire intervient alors que l'on assiste à une recrudescence de suicides au sein des forces de l'ordre. En seulement quatre mois sur l'année 2019, 28 policiers ont mis fin à leurs jours contre 35 sur l'ensemble de l'année 2018.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter