Tempête Miguel : ce que l'on sait sur le chavirage mortel de la vedette des sauveteurs en mer

Police

ACCIDENT – Trois sauveteurs de la Société nationale de sauvetage en mer sont morts, ce vendredi, après le chavirement de leur vedette. L’accident est survenu alors que le bateau, avec à son bord sept sauveteurs, partait pour secourir un pêcheur en détresse. Ce dernier n'a pas été retrouvé.

En fin de matinée vendredi, une vedette de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM) avec à son bord sept personnes a chaviré au large des Sables-d’Olonne alors qu’elle allait porter secours à une embarcation en détresse.  Trois sauveteurs sont décédés au cours de cette opération. 

Lire aussi

11h14, l’alerte est donnée

Ce vendredi matin à 11h14, le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (Cross) d’Etel a été alerté par son homologue de Gris-Nez du déclenchement d’une balise de détresse 406 MHZ à environ 0,8 mile nautique (environ 1.5 kilomètres) du port des Sables-d’Olonne.

Simultanément, le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage reçoit l'appel de la SNS 061 Jack Morisseau des Sables-d’Olonne en cours d'appareillage. La station SNSM (Société Nationale de Sauvetage en Mer) des Sables-d’Olonne a, en effet, été préalablement contactée par le navire de pêche Carrera ayant l'intention de rentrer au port dans de très mauvaises conditions météorologiques.

Un canot SNSM est appareillé

Quelques instants après l’alerte, la station SNSM a décidé de faire appareiller son canot tout temps (CTT) avec sept équipiers à bord pour porter secours au navire de pêche Carrera, d'une longueur de 11,50 et basé aux Sables d’Olonne.

11h36, le bateau chavire

C'est à 11h36, qu'un témoin à terre signale le chavirement du canot tous temps SNS 061 Jack Morisseau, puis son échouement sur la côte. "Dès connaissance de cette information, le Cross d'Etel a diffusé immédiatement un message "Mayday relay" et engagé un important dispositif aéromaritime, constitué de 3 hélicoptères : Ecureuil de la Gendarmerie nationale basé à Saint-Nazaire, Dragon 17 de la Sécurité civile basée à La Rochelle, Caracal de l’Armée de l’air basé à Cazaux avec une équipe médicale à son bord", a indiqué la préfecture maritime de l''Atlantique. 

La vedette a chaviré à 800 mètres des côtes au large des Sables-d'Olonne avec ses sept marins à bord. Le Centre opérationnel départemental est activé. Huit personnes présentes sur le rivage ont spontanément tenté de porter secours, non sans risque. "Elles ont été prises en charge par les pompiers", a précisé la préfecture de la Vendée dans un communiqué. 

Trois sauveteurs morts

Sur les sept personnes qui se trouvaient à bord de la SNSM, trois sont décédées, et quatre ont été légèrement blessées. "Certaines sont parvenues à regagner la plage à la nage. Une autre a succombé à ses blessures. Deux autres étaient coincées sous la coque... Elles n'ont pu être sauvées", commente une source locale à LCI. Le parquet a ouvert une enquête pour rechercher les causes de la mort. Les trois sauveteurs morts, âgés de 28 ans, 51 ans et 55 ans, étaient des marins "confirmés qui connaissaient le pêcheur parti en mer", selon  Xavier de la Gorce, président de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM). 

"Sur un canot de sept sauveteurs bénévoles, des marins expérimentés, trois aujourd'hui sont décédés. Leur bateau a été fracassé par la dureté de la mer, parce qu'ils ont été déclenchés par le Cross pour aller porter secours à un navire en détresse", a commenté le maire des Sables-d'Olonne Yannick Moreau (LR). L'édile s'est demandé pourquoi un bateau de pêche était sorti en mer alors que le département avait été placé en alerte orange en raison de la tempête Miguel. "Il est assez incompréhensible qu'il y ait un bateau à la mer un jour comme aujourd'hui", a-t-il fustigé. "Le canot de la SNSM des Sables est armé par un équipage de marins qui connaissent la mer, qui connaissent les conditions, c'est des pros. Ce sont des gens qui ont le cœur sur la main et qui sont prêts à risquer leur vie pour sauver les autres", a-t-il dit. 

"L'heure n'est pas à la polémique", a estimé François de Rugy, le ministre de la Transition écologique, sur place en début de soirée. "Pour autant, je suis moi-même marin, et en tant que ministre, j'appelle chacune et chacun à la responsabilité. La sécurité est l'affaire de tous. Les alertes météo qui sont largement diffusées, ces consignes de prudence, de sécurité, doivent être prises au sérieux",

"Plus d'espoir" de retrouver le retraité pêcheur

Alors que toutes les personnes à bord de la vedette de la SNSM avaient été retrouvées en milieu de journée, décédées ou en vie, les secours recherchaient toujours le ou les occupants du chalutier. Vers 20 heures, le préfet maritime Jean-Louis Lozier a estimé qu'il n'y avait, à ce stade, "plus d'espoir" de retrouver la victime, annonçant la fin des recherches par hélicoptère. Le disparu est un retraité originaire des Sables-d'Olonne qui pêchait la crevette pour compléter sa retraite

Vendredi après-midi, 70 sapeurs-pompiers dont des équipes nautiques et six véhicules de secours à personne ainsi qu'une dizaine de personnels du Samu ont été mobilisés. 

Lire et commenter