Trafic de stupéfiants et violences : quatre policiers de Seine-Saint-Denis mis en examen

Trafic de stupéfiants et violences : quatre policiers de Seine-Saint-Denis mis en examen
Police

JUSTICE - Quatre policiers de la compagnie de sécurisation et d'intervention (CSI) de Seine-Saint-Denis, qui étaient en garde à vue depuis lundi, ont été présentés ce jeudi à un juge avant d'être mis en examen.

Six agents de la compagnie de sécurité et d’intervention de Seine-Saint-Denis (CSI 93) ont été placés en garde à vue, lundi 29 juin, pour "détention et transport de stupéfiants", "vol", "faux et usage de faux", "extorsion de fonds", "violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique". Entre autres. Quatre d'entre eux ont été présentés à un juge ce jeudi 2 juillet, a appris l'AFP auprès du parquet de Bobigny. Qui précise que ces agents sont mis en cause pour "violences par personnes dépositaires de l'autorité publique", "faux en écriture publique", "atteintes aux libertés individuelles" et "trafic de stupéfiants".

Jeudi en fin d'après-midi, ils ont été mis en examen pour faux et usage de faux en écriture et placés sous contrôle judiciaire, a indiqué le parquet de Bobigny. L'un d'entre eux a également été mis en examen pour violences en réunion par personne dépositaire de l'autorité publique et transport et détention non autorisés de stupéfiants, a précisé le parquet dans un communiqué.

Lire aussi

Tous font partie d'un service qui sera en partie bientôt dissous, car visé par une quinzaine d'enquêtes, pour des violences, des vols, des falsifications de procès-verbaux et d'autres délits, tous liés au trafic de stupéfiants. Les six hommes sont aussi notamment soupçonnés de détention et de transport de stupéfiants. 

Selon des sources policières, l'IGPN serait sur la piste de ces agents depuis plusieurs mois. Véhicules et vestiaires des mis en cause auraient même été sonorisés pour tenter de mettre au jour les pratiques "plus que douteuses" de ces agents... C'est peu dire que le scandale s'annonce retentissant pour l'institution policière, dont l'image est par ailleurs écornée depuis plusieurs mois par des accusations de violences.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent