L'historien russe Oleg Sokolov avoue avoir tué et découpé une ancienne étudiante

Police

AVEUX - Arrêté samedi 9 novembre avec un sac à dos contenant deux bras de femme, le célèbre historien, qui siégeait au conseil scientifique de l'école fondée par Marion Maréchal, a déclaré aux enquêteurs avoir tué et démembré Anastassia Echtchenko, 24 ans, avec qui il entretenait une liaison.

Il est passé aux aveux. L'historien renommé russe Oleg Sokolov, arrêté samedi 9 novembre par la police russe qui l'avait sorti d'une rivière avec un sac à dos contenant deux bras de femme, a confessé dimanche 10 novembre avoir tué et démembré son ancienne étudiante. Ce grand spécialiste de Napoléon était apparemment ivre lorsque les policiers l'ont sorti la veille au matin de la rivière Moïka, à Saint-Pétersbourg, l'ancienne capitale impériale de la Russie, porteur d'un sac à dos dans lequel se trouvaient deux bras de femme et un pistolet d'alarme.

Selon les médias locaux, il était tombé dans la rivière où il comptait jeter des parties du corps. Son intention était de se débarrasser totalement du corps puis de se se suicider publiquement, habillé en Napoléon, ajoutent les médias russes. "Il a reconnu sa culpabilité", a déclaré à nos confrères de l'AFP Alexandre Potchouev, son avocat, ajoutant que l'historien de 63 ans, actuellement hospitalisé et traité pour hypothermie, regrettait son acte et était prêt à coopérer avec la police. Il doit être présenté devant un tribunal ce lundi qui décidera de son incarcération.

Lire aussi

Ancien membre du conseil scientifique de l'école de Marion Maréchal

Oleg Sokolov a déclaré aux enquêteurs avoir tué lors d'une dispute son ancienne étudiante Anastassia Echtchenko, avec qui il avait une liaison et qui vivait chez lui, puis avoir coupé sa tête, ses bras et ses jambes pour tenter de s'en débarrasser, assurent les médias russes. Anastassia Echtchenko, 24 ans, était également passionnée de l'ère napoléonienne et aimait comme lui porter des costumes d'époque. Après avoir été son étudiante, ils avaient continué leur collaboration et elle avait co-signé avec lui plusieurs ouvrages. Une relation connue dans l'université où il travaillait, où son comportement suscite, d'après l'AFP, des commentaires mitigés. Si certains étudiants "étaient OK avec ça", d'autres ont toutefois dénoncé l'immobilisme de l'administration face au comportement "abusif" et "agressif" de l'enseignant.

Titulaire d'une chaire d'histoire à l'université d'Etat de Saint-Pétersbourg, Oleg Sokolov était l'auteur de plusieurs livres dont certains traduits en français. Décoré de la Légion d'Honneur en 2003, il avait aussi travaillé comme conseiller sur des films et documentaires sur Napoléon. Il était également membre en France du conseil scientifique de l'Issep, l'école fondée par l'ancienne députée d'extrême-droite Marion Maréchal, qui l'a démis de ses fonctions dès l'annonce de son arrestation.

"Etant professeur de la chaire d'histoire moderne à l'université de Saint-Pétersbourg, intervenu comme directeur d'études invité à l'Ecole pratique des hautes études à la Sorbonne, décoré de la Légion d'honneur française, nous n'imaginions pas qu'il puisse commettre cet acte odieux", a expliqué l'Issep dans un communiqué.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter