Des objets ayant appartenu à Antoine Zoia retrouvés près du corps découvert dans le Gard

Des objets ayant appartenu à Antoine Zoia retrouvés près du corps découvert dans le Gard

FAIT DIVERS - Un corps a été retrouvé ce samedi dans la commune de Clarensac, dans le Gard. La section de recherche de Nîmes est en charge de l'enquête. Joint par LCI, le procureur de Nîmes, Eric Maurel est prudent. La piste du jeune Antoine Zoia est une "hypothèse de travail" même si des objets trouvés sur les lieux ont été reconnus comme ayant appartenu au jeune Antoine.

Des chasseurs ont découvert ce samedi matin un squelette pendu dans la petite commune de Clarensac, dans le Gard. Le corps a été retrouvé dans un massif forestier difficile d'accès. Immédiatement la zone a été bouclée par de nombreux gendarmes et d'importants moyens ont été déployés sur place. 

Si la rumeur a rapidement circulé dans le village, ce samedi, qu'il pourrait s'agir du corps du jeune Antoine Zoia, disparu en mars 2016, rien ne permet de l'affirmer totalement, à ce stade de l'enquête. "C'est une hypothèse de travail. Certains des objets trouvés sur les lieux ont été reconnus comme ayant appartenu à Antoine Zoia mais l'état du corps ne permet cependant pas d'avoir de certitude", explique le procureur.

Certains des objets trouvés sur les lieux ont été reconnus comme ayant appartenu à Antoine Zoia mais l'état du corps ne permet cependant pas d'avoir de certitude- Le procureur de Nîmes, à LCI

Le procureur de la République précise à LCI que la section de recherches de Nîmes est en charge de l'enquête. Un médecin légiste a été dépêché sur place, ce samedi et des techniciens en identification criminelle, ont été également été appelés. Des prélèvements ADN ont été effectués en urgence. Ils seront connus en début de semaine, assure le procureur Maurel, à LCI. 

Lire aussi

Antoine Zoia, 15 ans, a disparu du même village, Clarensac, le 1er mars 2016. Depuis, il est introuvable, malgré les moyens considérables déployés par les enquêteurs. A l'époque, les environs de Clarensac avaient été fouillés, en vain. 

L'adolescent avait quitté son domicile en milieu d'après-midi, sans ses papiers et sans son portable, disant simplement à son père et à son frère : "Je reviens".  A 16h, il achetait un briquet au bureau de tabac de la commune, puis n'avait plus été vu nulle part.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Inflexible face aux policiers, comment Cédric Jubillar justifie les incohérences entre sa version et celle des enquêteurs ?

EN DIRECT - Covid-19 : 12 cas d'infection par le variant Omicron désormais détectés en France

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Omicron : que sait-on de ce variant qui inquiète la planète ?

VIDÉO - Allemagne : les restrictions drastiques imposées aux non-vaccinés divisent

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.