Une école incendiée à Béziers : un adolescent de 15 ans mis en examen

Police

FAIT DIVERS – Un adolescent de 15 a été mis en examen, dimanche 3 novembre à Béziers, trois jours après que des violences urbaines ont eu lieu dans un quartier pauvre de la ville dans la soirée du 31 octobre, indique le parquet ce dimanche. Interpellé le 1er novembre, il est suspecté d’avoir jeté des projectiles sur des policiers et d’avoir incendié des établissements scolaires.

Le jeune homme est connu de la justice. Et pourtant il n’a que 15 ans. La garde à vue du mineur interpellé vendredi 1er novembre a débouché sur une mise en examen, a indiqué le parquet de Béziers ce dimanche. Il avait été entendu après qu’une nuit de violences dans le quartier pauvre de La Devèze (Hérault) a éclaté dans la soirée de Halloween, jeudi 31 octobre. Des policiers avaient été visés par des tirs de mortiers et des jets de pierres alors qu’ils intervenaient après l’incendie de plusieurs salles d’une école et d’un collège. 

Dans un communiqué publié en début de soirée, ce dimanche, le parquet  a annoncé sa mise en examen des chefs de destruction en bande organisée, participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un crime, embuscade en réunion, violences sur une personne dépositaire de l'autorité publique et participation à un groupement formé en vue de la préparation de violences. Il a été placé en détention provisoire, "conformément aux réquisitions du parquet".

Voir aussi

Connu depuis 2017 pour des faits similaires

Initialement interpellé vendredi 1er novembre dans l’après-midi, il était alors soupçonné d’avoir jeté des pierres le jour même à l’encontre de membres des forces de l’ordre présents à proximité de l’école incendiée. Sa garde à vue porte dorénavant sur les dégradations qui ont eu lieu la vieille : il est entendu également sur des faits d’incendies des deux établissements scolaires et d’un véhicule stationné à proximité. Si le mineur a reconnu avoir été présent sur les lieux, il a affirmé aux forces de l’ordre ne pas y avoir directement participé.

Une suspicion qui fait écho à son passé judiciaire. En 2017, alors qu’il n’avait que 13 ans, il avait commis des "dégradations par incendie". Là aussi, les incidents étaient survenus à l’occasion de la soirée d’Halloween. 

Voir aussi

Aucune interpellation n’avait eu lieu dans la nuit. A leur arrivée, les policiers de la Brigade anti-criminalité avaient été "pris à partie à distance par 20 à 30 individus aux visages dissimulés", qui leur ont jeté "des pierres, pétards et projectiles divers", expliquait le procureur. Suite à cette mise en examen, les investigations se poursuivent, a terminé le parquet, dans le but d'identifier les autres suspects.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter