Une embarcation chavire dans le Rhin : 3 morts, une fillette de 4 ans toujours introuvable

Police

NOYADE - Les recherches pour tenter de retrouver la fillette portée disparue depuis jeudi après que l'embarcation pneumatique à bord de laquelle elle était a chaviré ont de nouveau été interrompues ce vendredi soir. Elle doivent reprendre samedi matin. La petite fille se trouvait avec deux adultes et une enfant de 6 ans, qui ont, eux, été retrouvés morts.

La fillette reste introuvable. Les recherches pour tenter de retrouver la petite fille de quatre ans disparue après que son canot pneumatique s'est retourné sur le Rhin ont de nouveau été interrompues ce vendredi soir, comme la veille. Elle ne reprendront que samedi matin à partir de 9h. Plusieurs embarcations, un hélicoptère allemand et une dizaine de gendarmes de la brigade fluviale ont participé aux opérations durant la journée. Des recherches coordonnées par la compagnie fluviale de la Gendarmerie du Rhin, une unité binationale. 

Trois morts et une hospitalisation

Le drame s'était produit jeudi en fin de matinée, à proximité de la centrale hydroélectrique de Gerstheim (Bas-Rhin), à une trentaine de kilomètres au sud de Strasbourg. C'est là qu'un groupe de sept personnes venues d'Allemagne, de nationalités roumaine et allemande, s'était rendu. Quatre d'entre elles, deux adultes et deux enfants étaient alors montées sur une embarcation pneumatique jusqu'à ce que le bateau chavire. 

Trois personnes ont perdu la vie : un homme de 29 ans et une fillette de six ans, qui se trouvaient à bord, sont décédés dans le chavirement de l'embarcation, ainsi qu'un homme de 22 ans du même groupe qui s'était jeté à l'eau pour les secourir. 

Un autre adulte, âgé de 36 ans  qui se trouvait dans le canot et qui a réussi à s'accrocher à une branche d'arbre a été transporté jeudi à l'hôpital de Sélestat. Deux autres témoins de l'accident qui avaient également sauté à l'eau sont parvenus à regagner la berge sains et saufs. 

Voir aussi

Pas d'autorisation et pas de gilets

Selon une source proche du dossier à LCI, la zone où s'est produit le drame est  "interdite à la pêche, interdite à la baignade et aux activités nautiques". Par ailleurs, "les occupants du bateau, adultes et enfants, naviguaient sans gilets de sauvetages".  "L'eau paraît calme mais il y a des courants" car "le Rhin est encore en  chute jusqu'à Strasbourg, il n'est pas dans son lit de plaine", a expliqué à  l'AFP la maire (LR) de Gerstheim, Laurence Muller-Bronn. "Le danger existe mais  on ne s'en rend pas compte, on croit toujours que cela n'arrive qu'aux autres",  a-t-elle déploré.

Le barrage de la centrale hydroélectrique, en amont du lieu de l'accident,  "a fonctionné normalement. Il n'y a pas eu d'événement particulier" jeudi, a  souligné auprès de l'AFP le service communication d'EDF.

"Il y a une culture de la sécurité, de l'information, autour du parc  hydraulique d'EDF. Pendant l'été, on déploie des 'hydro-guides' qui vont à la  rencontre des gens pour les sensibiliser aux dangers potentiels", a précisé  EDF. Jeudi après-midi, EDF a modulé la puissance de l'eau du barrage afin de  faciliter les recherches.     Selon Mme Muller-Bronn, beaucoup de gens, notamment originaires d'Europe de  l'Est, viennent d'Allemagne pour pêcher dans cette zone, en raison du coût  moindre du permis de pêche en France.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter