VIDÉO - 1er-Mai : un policier jette un pavé sur des manifestants, l'IGPN saisie

Police

FORCES DE L'ORDRE - Une enquête a été ouverte et confiée à l'IGPN après la diffusion d’une vidéo montrant un policier ramasser à terre et jeter sur des manifestants un pavé, lors de la manifestation du 1er mai.

La vidéo a été largement partagée. On y voit un policier en service ramasser un pavé et le jeter sur des manifestants, situés un peu plus loin, de l’autre côté d’un terre-plein. La scène a eu lieu mercredi 1er mai dans le 13e arrondissement de la capitale sur le parcours de la manifestation, boulevard de l’Hôpital. Selon Le Parisien, il était environ 17 heures au moment des faits.

C’est un journaliste de l’agence indépendante Line Press qui a filmé cette vidéo et l’a postée sur les réseaux sociaux. "La zone avait été dépavée par des black blocs" avant l’arrivée des forces de l’ordre, a-t-il expliqué au Parisien. Impossible, en revanche, d'après les images, de savoir si le pavé est un projectile que le policier vient de recevoir ou qui traîne au sol, explique le journal.

Lire aussi

"Il apparaît aujourd’hui au dérushage des images que le policier ne lance pas un pavé/morceau de granit qu’il a reçu quelques instants plus tôt mais se sert dans une réserve de projectiles préparés par le bloc quelques instants auparavant", a écrit l’agence de presse sur son compte Twitter.

Selon une commerçante interrogée par Le Parisien, qui a tout vu de la scène, "les manifestants ont voulu atteindre les forces de l’ordre qui protégeaient les commerces. Ils leur ont lancé des pierres, dont une est arrivée dans ma vitrine".

"Pourquoi il le fait?"

Le parquet de Paris a indiqué vendredi qu'une enquête avait été ouverte des chefs de violence par personne dépositaire de l'autorité publique. Elle a été confiée à l'IGPN. Dans un premier temps, une simple enquête interne avait été lancée pour savoir qui est le policier. "L’enquête est en cours mais ça ne prend pas deux minutes pour déterminer qui est le policier et le motif de son geste, d’autant qu’il y avait beaucoup de monde sur scène", avait expliqué le Service d’information et de communication de la police nationale (Sicop) au Parisien.  Et d'ajouter que le rôle de l'enquête sera de "déterminer si le geste était légitime ou pas". "La priorité pour les forces de l’ordre est d’utiliser les moyens de défense dont ils sont dotés. Si ce policier a jeté un pavé, c’est peut-être car il n’avait plus de grenades sur lui."

En vidéo

"Je mets ça sur le dos de la fatigue" : Jean-Marc Bailleul à propos du jet de pavé d'un CRS le 1er-Mai

Interrogé sur notre antenne, Jean Marc Bailleul,  secrétaire général du syndicat des cadres de la sécurité intérieure (CFDT), avance lui aussi la thèse d'une "légitime défense". S'il reconnaît que "d'un point de vue technique du maintien de l'ordre" ce n'est pas normal, il estime que le contexte, comme par exemple "si on est en légitime défense, qu'on est acculé, qu'on n'a pas d'autre moyen", est important. "Pourquoi il le fait? Moi je mets ça sur le dos de la fatigue cumulée et d'une perte de repère."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter