Agression d’un chauffeur de bus à Bayonne : "C’était un type adorable"

Agression d’un chauffeur de bus à Bayonne : "C’était un type adorable"
Police

DRAME - Un conducteur de bus de 58 ans est en état de mort cérébrale à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) après avoir été agressé par plusieurs hommes qui voyageaient sans masque et sans ticket. Entre émotion et colère, ses collègues ont fait valoir leur droit de retrait. Les riverains, eux, sont sous le choc.

"C’était un type adorable, il ne faisait pas de mal aux gens." Ce lundi matin, pour dénoncer l’insécurité et rendre hommage à leur collègue, les conducteurs du réseau Chronoplus, qui dessert l’agglomération de Bayonne, Biarritz et Anglet, ont fait valoir leur droit de retrait. La victime, quinquagénaire et père de trois ans, a été rouée de coups et grièvement blessée à la tête, dimanche aux alentours de 19h30. 

Les motifs de l’agression ne sont pas encore clairs. Selon une source policière, le chauffeur a été frappé après avoir refusé la montée à un homme sans masque accompagné d’un chien, et avoir demandé par la même occasion à quatre passagers, qui se trouvaient déjà dans le bus sans porter de masque, d’en descendre. "Ils tapaient, ils agrippaient [le chauffeur]. C’était très compliqué [dimanche] soir", témoigne un riverain qui a assisté à l’agression depuis sa fenêtre. 

Ce sont des personnes qui vivent en marge de la société, qui s’alcoolisent régulièrement et se droguent pour certains- Olivier Lahet, secrétaire départemental adjoint SCP FO 84.

Le conducteur du Tram’bus, qui était inconscient au moment de sa prise en charge par les secours, a été déclaré ce lundi en état de mort cérébrale. L’issue dramatique de cette altercation a surpris et horrifié le voisinage. "C’est la première fois qu’on assiste à un tel drame. Nous n’avons pas l’attitude de voir ce genre de choses dans le quartier", raconte Sylvie Petot, préparatrice à la pharmacie Rigaudières. "Battre quelqu’un pour un ticket à un euro, c’est inimaginable", déplore un riverain, qui habite le quartier.

L’enquête a été confiée au commissariat de Bayonne. Un homme d’une trentaine d’années a été interpellé dès dimanche soir après l’agression, et quatre autres individus ont été placés en garde à vue lundi, a expliqué le procureur de Bayonne. Quant aux profils des agresseurs mis en cause, "ce sont des personnes qui vivent en marge de la société, qui s’alcoolisent régulièrement et se droguent pour certains", explique Olivier Lahet, secrétaire départemental adjoint SCP FO 84.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent