VIDÉO - Agression d’un conducteur de tram à Nantes : "Il leur avait juste demandé de descendre"

Police

DROIT DE RETRAIT– Les bus et les tramways étaient à l’arrêt ce mercredi, au lendemain de l’agression d’un conducteur de tramway à à Nantes (Loire-Atlantique). L’auteur présumé des coups et les personnes qui l’accompagnaient étaient toujours recherchés ce jour.

" Les violences sont parties de rien, en quelques minutes, tout a dégénéré", confie à LCI ce mercredi un représentant CFDT du  Syndicat des Transports Urbains de Nantes (SEMITAN). La veille, vers 21 heures, à hauteur de la station Trocardière sur la ligne 3, le conducteur du tram a demandé aux voyageurs d’évacuer la rame après la découverte d'un colis suspect. Un groupe de trois jeunes gens a refusé de quitter le tram, bloquant les portes. 

"Un groupe de trois ou quatre personnes a refusé de suivre la consigne. Ils se sont énervés, et s’en sont pris au conducteur. L’un d’entre eux l’a frappé. Il a reçu des coups de pieds et des coups de poings juste parce qu’il  leur a demandé de descendre", poursuit le représentant syndical. 

Les trois ou quatre individus ont ensuite pris la fuite avant que la police n’arrive sur place. Ils étaient toujours recherchés ce mercredi. 

Le conducteur âgé de 33 ans a lui été pris en charge par les pompiers et transportée à la clinique des confluents pour soins. "La victime présentait une plaie profonde de 2 cm au niveau du nez, une plaie saignante à la lèvre ainsi que plusieurs ecchymoses au niveau de l’œil gauche et de la pommette", indique une source proche du dossier. 

Réaction immédiate

Mercredi matin, en réaction à cette agression,  la direction de la Semitan a pris la décision de stopper l'ensemble de ses lignes tramway et bus pour la journée. 

"Cette ligne ne pose pas de problème particulier. Et a priori, le groupe n’est pas ‘connu’ de ce tram. On ne sait pas pourquoi il y a eu de telles violences, sur une demande simple et obligatoire. Les agents ont donc exercé leur droit de retrait, pour dénoncer ces faits", commente le représentant CFDT. 

Les images extraites des caméras de vidéosurveillance du tram et de la ville de Nantes (Loire-Atlantique) sont en cours d’exploitation. Le conducteur agressé a porté plainte à la sortie de la clinique dans la nuit de mardi à mercredi. 

L’auteur présumé des coups et ses comparses étaient toujours recherchés ce mercredi matin.  

Les investigations se poursuivent. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter