Assassinat de Samuel Paty : pourquoi les criminels se réfugient-ils derrière les réseaux sociaux ?

Assassinat de Samuel Paty : pourquoi les criminels se réfugient-ils derrière les réseaux sociaux ?

Les réseaux sociaux sont abondamment utilisés par les criminels en tout genre et de plus en plus souvent par les islamistes. Cachés derrière leurs écrans d'ordinateur, ces derniers se sentent à l'abri.

La réalité sur les réseaux sociaux donne raison aux criminels en tout genre. Le sentiment d'impunité y est en effet très palpable. D'autant plus que les GAFA traînent souvent des pieds quand, par exemple, la justice française les sollicite au sujet d'appels au lynchage, de menaces de mort ou de propos haineux. La liste, qui est déjà longue, ne fait d'ailleurs que s'allonger.

Ces géants américains des réseaux sociaux se considèrent comme des hébergeurs et non comme des diffuseurs. Souvent, ils justifient l'absence totale de régulation face à cette violence permanente au nom de l'innovation technologique. Ce n'est pas la première fois qu'ils sont convoqués comme ce mardi matin au ministère de l'Intérieur. Pourtant, ces dernières heures, on a encore pu lire ici et là des messages de haine se félicitant de l'assassinat de Samuel Paty.

Le sujet a été diffusé dans le journal télévisé de 13H du 20/10/2020 présenté par Jean-Pierre Pernaut sur TF1. Vous retrouverez au programme du JT de 13H du 20 octobre 2020 des reportages sur l'actualité politique, économique, internationale et culturelle, des analyses et rebonds sur les principaux thèmes du jour, des sujets en régions ainsi que des enquêtes sur les sujets qui concernent le quotidien des Français.

Toute l'info sur

Le 13h

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

EN DIRECT - Covid-19 : un isolement plus strict des malades réclamé par des associations de santé

"Koh-Lanta" : avant la finale, qui remporte le match des réseaux sociaux ?

EN DIRECT - États-Unis : le camp Biden salue la mise en place d'un "transfert du pouvoir pacifique"

Élection américaine : ce que change le feu vert de Trump à la General Services Administration

Lire et commenter